Au moins 30 morts dans une attaque islamiste sur un marché

Au moins trente personnes ont été tuées lundi sur un marché de Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria.
05 août 2015, 15:44
marche

Un commando armé soupçonné d'appartenir au groupe islamiste Boko Haram a soudain ouvert le feu et lancé des explosifs dans la foule, a indiqué à l'AFP une source hospitalière.

L'armée nigériane a quant à elle abattu "huit insurgés islamistes", a déclaré le lieutenant-colonel Hassan Mohammed au téléphone. "Les membres de la secte ont été pris dans une fusillade." Trois bombes télécommandées ont également été désactivées, a-t-il ajouté.

"Il y a au moins trente morts", a affirmé à l'AFP une infirmière de l'hôpital de Maiduguri, le berceau du groupe islamiste Boko Haram. Elle n'a pas pu donner de chiffre précis, expliquant que les corps amenés par des militaires à l'hôpital étaient rapidement emportés par des parents pour les enterrer selon la tradition musulmane.

"Vers 13h30 (12h30 GMT) des hommes armés soupçonnés d'être des membres du groupe Boko Haram ont attaqué et ouvert le feu sur des civils au marché de Baga", a déclaré à l'AFP le lieutenant-colonel Hassan Mohammed, porte-parole d'une unité militaire.

Selon des commerçants des dizaines de personnes auraient été tuées dans le secteur de vente des poissons du marché, l'un des principaux de la ville, lorsque six hommes ont tiré dans la foule à l'aveuglette.

"Au moins 30 personnes dont des femmes et des enfants" auraient péri selon l'un de ces commerçants, Mairami. Un autre vendeur, Gana, a fait le même récit et avancé des chiffres similaires.

"Ils ont tiré pour tuer. Il y a eu ensuite plusieurs explosions. J'ai vu trois camions militaires chargés de corps quitter le marché", a-t-il poursuivi.

Des blessés selon l'armée

Le porte-parole militaire a indiqué à l'AFP que plusieurs civils avaient été blessés mais "aucun tué au moment où je vous parle". Selon lui les hommes de la Joint Task Force (JTF) ont tué huit agresseurs.

"La JTF est immédiatement arrivée sur les lieux, et nous avons notamment désamorcé trois bombes dissimulées par les assaillants", a-t-il encore indiqué.

Selon Mairami, avant de tirer, les hommes armés ont hurlé à travers le marché en accusant commerçants et clients de collaborer avec la police et l'armée pour arrêter des membres de Boko Haram.

La semaine dernière des commerçants avaient maîtrisé un homme armé soupçonné d'être membre de Boko Haram et l'avant remis à l'armée.

Le 13 février dernier, douze membres présumés de Boko Haram avaient été tués à Maiduguri lors d'une fusillade avec l'armée.

Les islamistes radicaux de Boko Haram, qui veulent restaurer le califat islamique et imposer la charia au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique avec 160 millions d'habitants, ont intensifié leurs attaques ces dernières semaines.

La plus meurtrière avait fait au moins 185 morts le 20 janvier à Kano, deuxième ville du pays et grande métropole du Nord.