Belgique: la gare de Bruxelles évacuée après la découverte de bagages suspects

La gare centrale de Bruxelles a été évacuée dimanche en fin de matinée après la découverte de bagages suspects. La situation est revenue à la normale aux alentours de 13 heures.
19 juin 2016, 13:26
Il s'agissait finalement d'une fausse alerte. (illustration)

La gare centrale de Bruxelles a été évacuée dimanche vers midi après la découverte de deux bagages suspects, rapporte l'Express. Une équipe de déminage s'est rendue sur place, selon plusieurs journalistes du pays.

 

L'alerte a finalement été levée aux alentours de 13 heures, comme l'a annoncé sur son compte Twitter la Société nationale des chemins de fer belges.

 

Menaces sur les représentants du pays

La menace terroriste qui a conduit vendredi à un renforcement de la sécurité de certains ministres et de leurs familles en Belgique pèse aussi sur des personnalités au-delà du monde politique, a affirmé dimanche un ministre fédéral. Elle pèse "plus largement" sur des personnes représentant le pays ou ses institutions.

Interrogé sur RTL, le ministre de l'intégration sociale Willy Borsus n'a pas détaillé ses propos par souci de sécurité, mais n'a pas exclu non plus la personne du roi.

Il est ressorti d'une évaluation de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace terroriste (Ocam) qu'une menace terroriste pesait sur quatre membres du gouvernement fédéral: le Premier ministre Charles Michel, le chef de la diplomatie Didier Reynders, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon et celui de la Justice Koen Geens.

Dans la nuit de vendredi à samedi, plusieurs dizaines de perquisitions ont été effectuées sur le territoire belge, et surtout en région bruxelloise, dans le cadre d'un dossier de terrorisme.

Selon M. Borsus, la menace est multiforme, évolutive et durable. "Tout qui représente symboliquement une institution, l'Etat, le pays" est une cible potentielle, a-t-il commenté, en évoquant un "réseau" et des "ramifications" identifiés à la suite des enquêtes anti-terroristes.

Il s'est en outre félicité de la "réaction policière adaptée".

par Marie Dorsaz