Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Birmanie: le bain de sang menace

La tension continue de monter en Birmanie. Alors que les Birmans continuent de protester contre le coup d’Etat de l’armée, cette dernière a riposté par le déploiement de soldats et tanks dans plusieurs villes du pays.

16 févr. 2021, 00:01
/ Màj. le 16 févr. 2021 à 06:41
Les Birmans sont descendus en masse dans la rue pour un dixième jour de contestation contre le coup d’état mené par l’armée.

Hier, les Birmans sont descendus en masse dans la rue pour un dixième jour de contestation contre le coup d’Etat mené par l’armée le 1er février. La tension est montée d’un cran dimanche soir, avec le déploiement de tanks et de soldats dans les rues de Yangon et de plusieurs autres villes du pays. Les militaires ont également arrêté des centaines de sympathisants du mouvement durant des raids nocturnes. «Dans certaines rues, l’armée a allumé des incendies pour faire peur à la population», raconte Maria (nom connu de la rédaction), une jeune résidente de Yangon. Dimanche soir, la police a déployé des gaz lacrymogènes et tiré sur des manifestants à Myitkyina, au nord du pays, sans qu’il soit clair s’il s’agissait de balles réelles ou en caoutchouc.

Erosion de privilèges

L’armée s’est emparée du pouvoir il y a deux semaines et a placé en détention la dirigeante officieuse du...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias