Brexit: les députés britanniques rejettent l'accord de divorce conclu avec l’Union Européenne par 432 voix contre 202

La Chambre des communes a rejeté par 432 voix contre 202 l’accord sur la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Une lourde défaite pour Theresa May. Jeremy Corbin, le leader de l'opposition, a déposé une motion de censure contre la Première ministre.

15 janv. 2019, 20:40
Tout semble les opposer, mais militants pro et anti-Brexit se sont unis devant le Parlement britannique contre l'accord de divorce, rejeté mardi soir.

Sans surprise, les députés britanniques ont massivement rejeté mardi l'accord de Brexit négocié par la Première ministre conservatrice Theresa May avec Bruxelles. Il s'agit d'un vote crucial pour l'avenir du Royaume-Uni, à deux mois et demi de la date prévue de sa sortie de l'UE.

 

 

La Chambre des Communes a refusé l'accord de divorce par 432 voix, 202 s'étant prononcé pour, malgré une ultime mise en garde Mme May contre "l'incertitude" que provoquerait ce rejet. Theresa May subit une défaite historique, elle qui avait longuement négocié cet accord avec Bruxelles.

Une motion de censure contre le gouvernement

Le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn a immédiatement présenté une motion de censure contre le gouvernement conservateur de Theresa May.

"J'ai introduit une motion de censure contre ce gouvernement", a dit M. Corbyn, qualifiant de défaite "catastrophique" pour le gouvernement le résultat du vote sur l'accord de Brexit.

 

 

Le rejet a accru le risque d'un divorce sans accord, a mis en garde le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans un communiqué.

"J'appelle le Royaume-Uni à clarifier ses intentions dès que possible. Le temps est presque écoulé", a déclaré le président de l'exécutif européen, juste après le vote britannique.

Quant au président du Conseil européen Donald Tusk, il a appelé à une "solution positive". "Si un accord est impossible, et que personne ne veut un non-accord, alors qui aura finalement le courage de dire quelle est la seule solution positive ?", a déclaré M. Tusk dans un tweet.

 

 

"Plan B"

Theresa May a désormais jusqu'à lundi pour présenter un "plan B" si elle survit à la motion de censure travailliste. Plusieurs options s'offrent à elle: s'engager à retourner négocier à Bruxelles ou demander un report de la date du Brexit, prévue le 29 mars. Le rejet du texte ouvre également la possibilité d'un divorce sans accord, particulièrement craint par les milieux économiques.

Lors d'une ultime tentative de convaincre les députés britanniques du bien-fondé de cet accord, Theresa May les avait appelés à prendre la mesure de ce vote "historique", "qui déterminera le visage du (Royaume-Uni) pour les décennies à venir".

Nul ne s'attendait à ce que les députés adoptent le texte et l'inconnue résidait plutôt l'ampleur de la défaite, qui influera sur la marge de manoeuvre de Theresa May.