Cameroun: 5 membres des forces de l'ordre et 4 civils tués dans une attaque

Des groupes séparatistes anglophones lourdement armés ont provoqué une attaque et un attentat à la bombe au Cameroun, tuant 9 personnes. Les victimes sont 5 membres des forces de l’ordre et 4 civils.

08 mars 2020, 22:51
Samedi soir, une cinquantaine de terroristes lourdement armés ont attaqué une gendarmerie et un commissariat de police à Galim.

Cinq membres des forces de sécurité et quatre civils ont été tués samedi et dimanche dans l’ouest du Cameroun dans une attaque et un attentat à la bombe, a annoncé le gouvernement. Ces attaques ont été perpétrées par des groupes séparatistes anglophones.

Les provinces du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, où vivent la plus grande partie de la minorité des Camerounais anglophones, sont le théâtre depuis trois ans d’un conflit très meurtrier entre des groupes armés séparatistes anglophones et les forces de l’ordre.

Lourdement armés

Samedi soir, une cinquantaine de «terroristes sécessionnistes lourdement armés» ont attaqué une gendarmerie et un commissariat de police à Galim, a assuré le gouvernement dimanche soir dans un communiqué lu sur les ondes de la Cameroon Radio Television, la radio-télévision d’Etat. Cette province de l’Ouest, à majorité francophone, jouxte celle du Nord-Ouest.

 

 

Deux gendarmes -des femmes selon des hauts responsables des autorités locales qui ont requis l’anonymat- et deux policiers ont été tués par les assaillants. Ceux-ci ont aussi «assassiné quatre civils», détaille le communiqué.

Dimanche matin, lors d’un défilé à l’occasion de la Journée mondiale des droits des femmes, «les terroristes sécessionnistes ont actionné une bombe artisanale à une centaine de mètres de la tribune d’honneur», selon le communiqué. Une personne a été tuée et sept blessées, selon la même source. Un responsable des autorités locales a assuré que la personne décédée était un soldat qui avait succombé plus tard à ses blessures.