Climat: à quoi ressembleraient Londres, Barcelone et Dubaï avec la montée des eaux?

Des scientifiques ont évalué l’impact de la montée des eaux due à la hausse des températures sur de nombreuses villes à travers le monde.
14 oct. 2021, 13:25
La plupart des estimations actuelles de la montée du niveau de la mer et des menaces qu'elle fait peser sur les villes côtières courent jusqu'à la fin du siècle et vont d'un demi mètre à moins d'un mètre.

On le sait déjà: avec le réchauffement climatique, le niveau des mers augmente, menaçant des villes côtières, certaines étant habitées par plusieurs millions de personnes. Mais à quoi ressembleraient ces lieux? Des scientifiques se sont posé la question et ont publié leurs résultats dans la revue Environmental Research Letters.

Afin d’obtenir une évaluation plus tangible, les chercheurs ont sollicité des illustrateurs qui ont modélisé la montée des eaux dans 180 lieux répartis sur la planète. Ces modélisations sont à découvrir ici. Elles montrent les résultats de plusieurs scénarios: celui d’un réchauffement climatique de 1,5 degré, puis ceux d’un réchauffement de 2, 3, puis 4 degrés, qui entraîneraient une hausse importante du niveau de la mer.




«La concentration actuelle de CO2 est de 50 % supérieure à celle de 1800 et la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 1,1 °C. C’est suffisant pour faire monter le niveau des mers de près de deux mètres, que cela prenne deux siècles ou dix siècles», explique à l’AFP Benjamin Strauss, auteur principal de l’étude.




La plupart des estimations actuelles de la montée du niveau de la mer et des menaces qu’elle fait peser sur les villes côtières courent jusqu’à la fin du siècle et vont d’un demi-mètre à moins d’un mètre. 

Mais le phénomène va se poursuivre au-delà de 2100 sous l’effet du réchauffement de l’eau et de la fonte des glaces, quelle que soit la vitesse de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’Asie, qui compte neuf des dix mégapoles à plus haut risque, sera la plus durement frappée.




par Marie Dorsaz