Colombie: hausse de 39% des cultures de feuilles de coca

Entre 2014 et 2015, la surface occupée par des cultures de coca en Colombie a augmenté de près de 40% pour atteindre 96'000 hectares. Et il y a plusieurs raisons à cela.
08 juil. 2016, 10:07
La suspension des fumigations aériennes par les autorités colombiennes est une des raisons de cette augmentation.

En Colombie, la superficie des cultures de coca, composant de base de la cocaïne, a augmenté de 39% en un an, a déclaré jeudi le ministre de la Défense, Luis Carlos Villegas. Plusieurs facteurs expliqueraient cette augmentation, dont la suspension des fumigations aériennes par les autorités.

"L'évaluation la plus récente des cultures de coca, remise par les Nations unies, montre une augmentation sur tout le territoire national de près de 39% entre 2014 et 2015", a déclaré M. Villegas lors d'une conférence de presse. Il devançait ainsi la publication du dernier rapport de l'ONU sur le sujet, qui doit être présenté vendredi à Bogota.

Le document fait état de 96'000 hectares de coca en 2015, contre 69'000 en 2014 dans la précédente étude de l'ONU. Le ministre a attribué cette hausse à la suspension des fumigations aériennes par les autorités. Des facteurs climatiques favorables à la croissance de la coca et les règles en vigueur dans les parcs naturels et les territoires indigènes ont aussi joué un rôle, selon lui.

Il a aussi invoqué l'incertitude quant à la date de la signature des accords de paix avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc, marxistes). Les Farc ont fait du trafic de drogue l'une de leurs principales sources de revenus, selon les autorités.

"Les cultivateurs ont obtenu une meilleure productivité". Les groupes illégaux ont réussi à "orchestrer le mouvement de protestation contre l'éradication forcée", a-t-il ajouté.

Convertir les guérilleros

Mais M. Villegas a dit espérer qu'"une fois l'accord de fin du conflit signé avec les Farc, ce thème des cultures illicites commence à prendre plus progressivement plus d'importance dans nos campagnes de substitution et d'éradication". Le gouvernement entend convertir les guérilleros démobilisés en alliés de la lutte anti-stupéfiants.

Les augmentations de superficie les plus importantes ont été repérées dans les départements de Nariño, Putumayo, Cauca et Caqueta, tous dans le sud-ouest du pays, et dans le Norte de Santander (nord-est). L'ensemble de ces régions concentrent 81% des hectares de culture de coca.

La seule municipalité de Tumaco (Nariño) compte 16'990 hectares, soit 17% de la production nationale, a précisé M. Villegas. Et de souligner que "le gouvernement ne va pas rester sans rien faire face à ces chiffres, nous allons les affronter. Nous le faisons déjà depuis quelques mois".

Selon le ministère, 14'295 hectares de feuilles de coca ont été détruits en 2015 et 10'178 depuis le début de cette année. Selon le précédent rapport de l'ONU, les cultures illicites en Colombie étaient passées de 48'000 hectares en 2013 à 69'000 en 2014. Le pays avait cette même année exporté 442 tonnes de cocaïne.