Condamnation d'un évêque négationniste levée

La justice allemande a annulé aujourd'hui la condamnation pour négationnisme de l'évêque traditionaliste britannique Richard Williamson, en invoquant des erreurs de procédure. Le parquet allemand va cependant déposer rapidement une nouvelle plainte pour les mêmes faits.
05 août 2015, 15:44
nazi2

La cour d'appel de Nuremberg, qui se prononçait comme instance de révision sur ce dossier, autorise en effet une nouvelle plainte, selon la décision communiquée aujourd'hui.

Le tribunal de grande instance de Ratisbonne avait condamné le 11  juillet 2011, en appel, l'évêque catholique de 71 ans à une amende  de 6500 euros pour avoir nié l'existence des chambres à gaz et  contesté le nombre de juifs morts dans les camps de concentration.

En avril 2010, Mgr Williamson avait été condamné en première  instance à une amende plus lourde, soit 10'000 euros pour  «incitation à la haine raciale». Il avait auparavant refusé de payer  une amende de 12'000 euros proposée par le parquet de Ratisbonne  pour échapper à un procès.

Ses déclarations, faites en Allemagne fin 2008, avaient été  diffusées par la télévision suédoise le 21 janvier 2009.

Pas condamnables en Suède

La cour d'appel de Nuremberg explique que «seule la diffusion en  Allemagne et non l'interview elle-même, menée en privée, était  susceptible de poursuites». Or, «le motif d'accusation (au début de  la procédure) ne précise pas que le contenu de l'interview (...) a  été diffusé en Allemagne, ni où, ni comment».

Les propos incriminés ne sont condamnables qu'en Allemagne et pas  en Suède. La «description de leur mode de diffusion» en Allemagne  était donc d'une «importance essentielle», a souligné la cour  d'appel.

Les avocats de l'évêque ont toujours plaidé que les journalistes  suédois ayant interviewé Mgr Williamson l'avaient assuré que ses  propos ne seraient diffusés qu'en Suède.

L'interview avait provoqué un tollé dans la patrie du pape Benoît  XVI, qui n'est toutefois pas revenu sur sa décision. Elle avait été  diffusée début 2009 alors même que le Vatican levait une  excommunication à l'encontre de Mgr Williamson et de trois autres  évêques intégristes.