Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Des filles unies pour un exploit

Demi-finale du relais 4x100 m ce soir à Londres (21h20). Avec Ellen et Lea Sprunger, mais sans Marisa Lavanchy, remplaçante.

09 août 2012, 07:42
data_art_6281218.jpg

sports@lacote.ch

Toujours animées d'un plaisir intense et par des exigences élevées, Ellen et Lea Sprunger abordent leur der nière compétition, aux JO de Londres. Ce soir, les deux Ginginoises disputeront les demi-finales du relais 4x100 m (21h20, heure suisse). Dans une composition inédite, elles se ront accompagnées de Michelle Cueni et Mujinga Kambundji. Retenue à la dernière minute pour pallier l'absence de Jacqueline Gasser, blessée, la Rolloise Marisa Lavanchy doit, elle, se contenter de son rôle de remplaçante.

Après les belles prestations d'Ellen en heptathlon et de Lea sur 200 m, tous les feux sont au vert pour les Suissesses. Elles se présentent au rendez-vous dans les meilleures dispositions. " On a vu que la piste était très rapide, tant sur le 200 m d'Ellen (ndlr.: en heptathlon) que sur le mien. C'est tout bonus pour ce relais! Les filles vont être en confiance avec les bons résultats que nous avons fait ", avait lâché Lea Sprunger après son 200 m, lundi soir.

 

Objectif: top 12

 

Engagé dans la première série, le quatuor helvétique (couloir 6) courra avec les Etats-Unis, le Nigeria, Trinidad et Tobago, le Brésil et les Pays-Bas notamment. Avec une meilleure perfor mance de la saison à 43''51 (record national), une qualification en finale - Ellen Sprunger en rêve secrètement - serait un résultat extraordinaire. " Nous aurons fait notre job si nous nous classons parmi les douze premiers, détaille Laurent Meuwly, le coach national. La finale constituerait le rêve, mais la qualification ne dépend pas que de nous. "

Seules les huit meilleures nations accéderont à la course aux médailles, vendredi soir. Or la Suisse pointe au 14 e rang mondial. C'est peu dire l'ampleur du challenge proposé aux Suissesses. Mais celles-ci ne sont pas dénuées d'ambitions pour autant. " On espère battre un nou veau re cord de Suisse ", confiait Lea Sprunger, il y a de cela quelques jours. Selon le coach national, une qualification se jouera aux alentours des 43''.

 

Pas de stars

 

Transportées par l'esprit olympique, les relayeuses peuvent s'appuyer sur un groupe d'une qualité humaine rare. " On est de très bonnes copines et l'ambiance est excellente. C'est une de nos for ces , répète Lea. Nous pouvons aussi compter sur les remplaçantes (ndlr.: Marisa Lavanchy et Clélia Reuse). On se connaît toutes très bien, on pourrait presque courir les yeux fermés ." Le coach national ne peut que confirmer: " Les autres formations me disent souvent qu'elles sont surprises de voir la cohésion de notre relais, où il n'y a pas de stars. Nos sprinteuses n'auraient aucune chance d'at teindre une grande finale individuelle en sprint, mais avec la force collective d'un relais, c'est possible ", ajoute Laurent Meuwly.

Aux Européens d'Helsinki - où elles avaient couru en 43''51 et 43''61, assurant ainsi leur ticket pour les Jeux -, les Suissesses s'étaient classées sixièmes. Ce soir à Londres, les relayeuses helvétiques seront détermi nées . La suite...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias