Des islamistes enlèvent quatre Japonais et un Français

Des islamistes ont enlevé cinq personnes ce mercredi sur un site pétrolier de BP vers In Amenas dans le sud de l'Algérie. Les rebelles seraient arrivés du nord Mali.

16 janv. 2013, 13:01
in_amenas_

 

Une attaque et une prise d'otages a visé mercredi un site du groupe pétrolier British Petroleum (BP) à In Amenas, dans le sud-est de l'Algérie. Un premier bilan fait état d'un mort et sept blessés, dont deux étrangers. L'attaque aurait été menée par des islamistes venus du nord du Mali.
 
"Nous pouvons confirmer qu'il y a eu un incident lié à la sécurité ce matin sur le gisement gazier d'In Amenas", près de la frontière avec la Libye, à 1300 km d'Alger, a indiqué BP dans un communiqué. La compagnie, qui a pour partenaires sur ce site le groupe norvégien Statoil et l'algérien Sonatrach, ajoute "ne pas avoir d'autres informations confirmées" pour l'instant.
 
L'agence de presse algérienne APS, elle, a fait état d'un mort et de sept blessés. De plus, un Français et quatre Japonais ont été pris en otage, a indiqué un député algérien, Mahmoud Guemama. Il a précisé avoir obtenu ces informations auprès de témoins sur place. Mais à l'ambassade de France, un porte-parole a indiqué qu'on "ne pouvait pas confirmer qu'un ressortissant français avait été pris en otage".
 
Un doute subsiste cependant sur la nationalité des otages. Des sources diplomatiques occidentales ont indiqué que des islamistes avaient bel et bien attaqué le site, mais pour elles les otages sont de nationalité britannique, norvégienne et japonaise, sans évoquer un Français. Toujours selon ces sources, une opération de l'armée algérienne serait en cours contre les assaillants.
 
L'un d'eux a affirmé par téléphone à l'AFP: "nous sommes des membres d'Al-Qaïda et nous sommes venus du nord du Mali". "Nous appartenons à la brigade Khaled Aboul Abbas, Mokhtar Belmokhtar", a-t-il ajouté. Il a rappelé que Belmokhtar avait "menacé de riposter à toute intervention militaire au Mali".
 
Belmokhtar, surnommé "le Borgne", est l'un des chefs historiques d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qu'il a introduit dans le nord du Mali.
 
Les autorités algériennes n'ont pour le moment pas confirmé cette attaque et ces enlèvements. Le ministère français des affaires étrangères n'a, lui, pas souhaité commenter cette information.