Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Des temps modernes... et violents!

Après "District 9" et ses aliens parqués dans les ghettos du Cap, Neill Blomkamp persiste et signe avec un nouveau film d'anticipation sociale. Enfin de l'action politique!

22 août 2013, 00:01
data_art_7303984.jpg

En quelques plans le décor est planté: 2154, la Terre est ravagée par la surpopulation et les épidémies. Les hommes vivent entassés dans des bidonvilles qui ont gagné jusqu'aux sommets des gratte-ciel. Fuyant cette planète-favela, les riches se sont rangés sur Elysium, une station orbitale circulaire géante où ils vivent dans des résidences de luxe bordées de terrains de golf et de grands lacs.

Réalisateur d'origine sud-africaine émigré aux Etats-Unis à l'âge de 18 ans, découvert par Peter Jackson, le jeune Neill Blomkamp avait créé l'unanimité avec "District 9" en 2009. Et pour cause! Il avait redonné à la science-fiction une vertu politique oubliée en mettant en scène de façon cinglante et réfléchie la ségrégation raciale et les camps de réfugiés. Certes réchauffé et moins ironique, "Elysium" poursuit dans cette veine grâce à un scénario finaud qui raconte l'histoire de Max (Matt Damon), un ouvrier qui travaille à la chaîne...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias