Ebola: un vaccin expérimental attendu pour janvier 2015

Des dizaines de milliers de personnes devraient recevoir un vaccin expérimental contre la fièvre Ebola dès janvier prochain en Afrique de l'Ouest. Mais immuniser l'ensemble de la population reste un horizon lointain, a annoncé mardi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

21 oct. 2014, 21:50
Les chercheurs continuent à rechercher un vaccin contre Ebola.

Des premiers essais cliniques sont en cours dans les laboratoires de GlaxoSmithKline et NewLink Genetics. Cinq cents volontaires doivent y prendre part dans une série de pays dont la Suisse, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, le Mali, le Gabon et le Kenya.

Les résultats concernant la sécurité et la réponse immunitaire des patients volontaires sont attendus pour décembre. Les vaccins pourront ensuite être distribués au début de l'année à des groupes comprenant des travailleurs de santé directement exposés au virus, a annoncé Marie-Paule Kieny, sous-directrice générale de l'OMS pour les systèmes de santé et l'innovation.

"Ces données sont absolument cruciales pour permettre une prise de décision concernant le dosage (des vaccins) qui devraient être envoyés dans le cadre des tests d'efficacité en Afrique", a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse à Genève.

Le dosage déterminera le rendement ou le nombre total de vaccins disponibles pour les tests sur une population plus large en Afrique, a précisé Mme Kieny. "Il existe toujours un risque d'échec", a toutefois nuancé la sous-directrice de l'OMS.

Un diagnostic en moins de 15 minutes

Des chercheurs français ont mis au point un test qui permet de diagnostiquer en moins de 15 minutes si un patient présentant des symptômes du virus Ebola est atteint ou non par la maladie.

Un test de diagnostic rapide du virus Ebola a été mis au point par des chercheurs du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Marcoule (Gard), annonce l'institut mardi. Il est utilisable sur le terrain sans matériel spécifique, à partir d'une goutte de sang, de plasma ou d'urine.

Baptisé Ebola ezyscreen et d'un format similaire à celui des tests de grossesse, "ce test est capable de donner une réponse en moins de 15 minutes pour tout patient présentant des symptômes de cette maladie", précise le CEA dans un communiqué.

Un prototype sera disponible "d'ici la fin du mois d'octobre" pour permettre la validation clinique sur le terrain, ajoute le CEA, avant que soit lancée la phase d'industrialisation et de production par la société française Vedalab, leader européen des tests rapides. Ebola ezyscreen a été récemment validé par le laboratoire de haute sécurité microbiologique P4 Jean Mérieux sur la souche qui sévit actuellement en Afrique de l'Ouest.

Plus de deux heures

A l'heure actuelle, les tests, basés sur la détection génétique du virus, nécessitent des appareillages dédiés, prennent de 2h15 à 2h30 et doivent être pratiqués exclusivement en laboratoire, relève l'organisme public. Selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), l'épidémie de fièvre Ebola a fait 4546 morts sur les 9191 cas recensés en Guinée, au Libaria et en Sierra Leone.