Equateur: 15 femelles requin-marteau marquées pour localiser les naissances

Quinze femelles requin-marteau en gestation des îles Galapagos seront suivies grâce à des appareils permettant de les localiser. Il s’agira de pouvoir détecter les zones de naissance et ainsi protéger les femelles, dont l’espèce est menacée, durant leur migration reproductive.

18 mars 2020, 07:27
Identifier les zones de naissance est essentiel pour que les scientifiques puissent protéger les femelles durant leur migration reproductive.

Quinze femelles requin-marteau en gestation des îles Galapagos ont été équipées d’appareils pour localiser par satellite les zones de naissance des petits de cette espèce très menacée, a annoncé mardi la Fondation Charles Darwin (FCD).

L’objectif est de «comprendre les routes migratoires de ces futures mamans vers les zones de naissance, qui sont probablement situées dans des mangroves» de la côte Pacifique, du nord du Pérou jusqu’au sud du Mexique, a expliqué la fondation dans un communiqué.

 

 

Le suivi de ces femelles en gestation fait partie d’un projet d’étude des requins mené par la FCD avec l’appui du Parc national Galapagos, ainsi que des universités des Açores au Portugal et de Nova Southeastern aux Etats-Unis.

Aux Galapagos, dont la réserve marine abrite un sanctuaire de 38’000 km2 pour protéger le requin-marteau, des chercheurs ont identifié des refuges naturels où sont élevés les petits, qui quittent ces zones lorsque leur développement est atteint.

Faible capacité reproductive

Pelayo Salinas de Leon, scientifique espagnol de la fondation, estime que la majorité des requins-marteaux en gestation «abandonnent la protection de la Réserve marine des Galapagos vers les baies protégées des mangroves, leur garderie favorite pour les bébés requins, le long des côtes d’Amérique du Sud et centrale».

De ce fait, identifier les zones de naissance «est essentiel pour que nous puissions les protéger durant leur migration reproductive», a-t-il ajouté dans une publication de l’organisme.

Grandement menacés

Les requins-marteaux, d’une faible capacité reproductive et dont la croissance est longue, sont gravement menacés car les plus jeunes sont capturés lors d’opérations de pêche artisanale près des zones où ils naissent.

Avec le marquage de ces quinze femelles, les chercheurs pourront connaître leurs mouvements en temps réel, a précisé la fondation. Le Parc national a aussi marqué récemment cinq jeunes requins-marteaux afin de connaître leur route migratoire depuis les Galapagos, dont la réserve maritime de 133’000 km2 compte plus de 2900 espèces.

Cet archipel, localisé dans l’océan Pacifique à 1000 kilomètres de la côte équatorienne et qui a permis au naturaliste anglais Charles Darwin d’élaborer sa théorie de l’évolution, compte l’un des écosystèmes les plus fragiles de la planète, avec une faune et une flore uniques au monde.