Etats-Unis: Donald Trump s'apprête à démanteler le plan de Barack Obama sur le climat

Donald Trump entend remettre en cause l'une des mesures-phares de son prédécesseur Barack Obama sur le climat. Le président américain a signé un décret allant dans ce sens.
28 mars 2017, 21:18
Donald Trump a signé un nouveau décret.

Donald Trump a lancé mardi la déconstruction du bilan de Barack Obama sur le climat, martelant sa volonté de "mettre fin à la guerre contre le charbon" dans un discours au cours duquel il n'a pas mentionné une seule fois la question du changement climatique. Les réactions ont été nombreuses.

La Chambre de commerce américaine a salué avec force la remise en cause du Clean Power Plan, jugeant qu'il était "non seulement illégal, mais mauvais pour les familles et les entreprises américaines".

Parmi les chefs démocrates au Congrès, Chuck Schumer a dénoncé un texte qui démontre selon lui que le lobby des énergies fossiles "est de retour aux affaires" avec l'administration Trump.

"On dirait qu'il a été écrit par le conseil d'administration d'Exxon, sans le moindre respect pour la santé et la sécurité de Américains ou pour la planète", a-t-il poursuivi.

Accord de Paris menacé

Pour Bob Ward, du Grantham Research Institute à la London School of Economics, renoncer au Clean Power Plan rendrait "pratiquement impossible pour les Etats-Unis d'atteindre leurs objectifs de l'accord de Paris" (baisse de 26% à 28% des émissions d'ici 2025 par rapport à 2005).

Si cette analyse ne fait pas l'unanimité, le signal envoyé par l'administration Trump au reste de la communauté internationale est clair: Washington ne déterminera pas sa politique énergétique en fonction des enjeux climatiques.

Le nouveau patron de l'EPA, Scott Pruitt, qui a récemment affirmé, à rebours du consensus scientifique international, que les émissions de CO2 n'étaient pas une des causes majeures du réchauffement en cours, a estimé dimanche que Paris avait "été tout simplement un mauvais accord".

Un éventuel retrait des Etats-Unis, qui représenterait une véritable déflagration, fait l'objet d'âpres débats au sein de l'administration. "C'est en cours de discussion", a indiqué lundi soir un responsable de l'exécutif sous couvert d'anonymat.

Les Etat-Unis sont le deuxième plus gros émetteur de gaz à effet de serre derrière la Chine.