Etats-Unis: encouragées par Trump, les manifs anti-confinement se multiplient

Par le biais de son compte Twitter notamment, le président des Etats-Unis Donald Trump a fustigé les gouverneurs des Etats américains qui ont décidé de renforcer les mesures de confinement. Les positions se tendent et les tensions montent, alors que le bilan ne cesse de s’alourdir.

18 avr. 2020, 22:14
L'Amérique glisse vers la pauvreté et l'augmentation des inégalités. Le président Donald Trump, pressé de voir l'économie redémarrer, a ouvertement fustigé les gouverneurs des Etats qui ont durci les mesures de confinement, provoquant une flambée de tensions.

New Hampshire, Maryland, Texas: des manifestations demandant la levée des mesures de confinement face au coronavirus ont agité samedi plusieurs villes à travers les Etats-Unis. Elles avaient été encouragées la veille par Donald Trump, accusé d’attiser les divisions.

Ils étaient environ 400 à manifester, à pied ou depuis leur voiture, devant le Parlement de Concord, capitale du New Hampshire, Etat relativement épargné par l’épidémie avec 1287 cas confirmés et 37 morts du coronavirus vendredi. Le gouverneur républicain Chris Sununu y a ordonné un confinement au moins jusqu’au 4 mai.

 

 

«Les chiffres mentent» ou «Rouvrez le N.H.», disaient certaines pancartes brandies par les manifestants, au milieu de drapeaux américains. Parmi eux figuraient des hommes en cagoules et armés, a constaté l’AFP.

«La pauvreté tue»

«Les gens sont tout à fait prêts à faire ce qu’il faut», mais «les chiffres ne justifient pas les mesures de confinement draconiennes que nous avons dans le New Hampshire», a indiqué à l’AFP Skip Murphy, 63 ans, électeur de Donald Trump.

A Annapolis, capitale du Maryland, les manifestants restaient en voiture, et l’AFP en a vu environ 200 défiler devant le Parlement local. «La pauvreté tue aussi», disait une pancarte. «Je n’obéirai pas à des décrets illégaux», disait une autre.