Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Etats-Unis: entrée en vigueur formelle des coupes budgétaires

Les coupes automatiques dans le budget de l'Etat fédéral américain entrent officiellement en vigueur, depuis que le président Barack Obama a signé le décret vendredi.

02 mars 2013, 08:47
Le président américain a signé vendredi le décret concernant le début des coupes budgétaires automatiques de l'Etat fédéral américain.

Le président Barack Obama a signé à regret vendredi le décret d'application mettant officiellement en vigueur les coupes automatiques dans le budget de l'Etat fédéral américain, a annoncé la Maison Blanche. Les dépenses publiques seront amputées de 85 milliards de dollars d'ici fin septembre.

M. Obama était tenu par la loi de déclencher cette cure de rigueur. Quelques heures auparavant, il avait averti que les coupes budgétaires "stupides" allaient coûter des emplois aux Etats-Unis et avoir un impact sur l'économie. Il a accusé ses adversaires républicains d'être responsables de cette situation.

La présidence démocrate sonne l'alarme depuis des jours sur les conséquences concrètes d'une amputation automatique de 85 milliards de dollars (80 milliards de francs) entre le 1er mars et la fin septembre. Cela représente une réduction de 8% du budget de la défense et de 5% des autres postes.

M. Obama a estimé que ces coupes "superflues" vont affaiblir l'économie, coûter des emplois. Elles "montrent clairement que les deux parties doivent être en mesure de trouver un compromis".

Le Fonds monétaire international a estimé à 0,5 point de pourcentage l'effet négatif à terme de cette rigueur sur une croissance déjà convalescente. L'agence de notation Standard and Poor's a assuré que ces coupes n'auraient qu'un effet "limité" sur l'économie, "à condition, bien sûr, qu'elles ne s'étendent pas dans le temps".

Discussion terminée

Le président (républicain) de la Chambre des représentants John Boehner a persisté vendredi à opposer une fin de non-recevoir à la demande démocrate d'une hausse d'impôts sur les plus hauts revenus. "La discussion sur les recettes, pour moi, est terminée", a-t-il déclaré à sa sortie de la Maison Blanche: "Nous devons nous concentrer sur le problème des dépenses".

Depuis 2011, quand les conservateurs ont pris le contrôle d'une partie du pouvoir législatif, M. Obama et ses adversaires se sont affrontés sur la façon de rééquilibrer les comptes publics. Actuellement, la dette de la première économie mondiale s'élève à plus de 16'000 milliards de dollars (15'000 milliards de francs).

Cette crise devrait bientôt s'additionner à une autre, encore plus lourde de menaces: le financement de l'Etat fédéral pour les derniers mois de l'exercice 2013. Celui-ci devra faire l'objet d'un vote au Congrès avant le 27 mars, faute de quoi des services publics fermeront purement et simplement.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias