Etats-Unis: un policier ouvre le feu au cours d'une altercation avec des adolescents à Anaheim

Nouveau cas de violence policière aux Etats-Unis. Dans un quartier résidentiel d'Anaheim, en Californie, une altercation entre un policier hors de ses heures de service et des adolescents a dérapé. L'officier a soudain sorti son arme et ouvert le feu.
24 févr. 2017, 14:36
/ Màj. le 24 févr. 2017 à 17:17
L'homme totalement hors de lui sort soudain son arme.

La police américaine est à nouveau sous le feu des critiques. Une altercation entre un officier en civil et des adolescents a pris une tournure qui aurait pu s'avérer dramatique. La scène se déroule dans un quartier pavillonaire d'Anaheim, une ville de la banlieue sud de Los Angeles. Un groupe de jeunes passe devant la maison du policier. Celui-ci se serait mis à insulter l'une des adolescents qui marchait sur sa pelouse. Un garçon de 13 ans aurait alors réagi pour la défendre.

De quoi énerver le policier qui aurait saisi le mineur par les vêtement tout en le traînant avec un air menaçant, à en croire les propos du père de l'adolescent dans OC Weekly. "Je vais te poursuivre!" ("I'm going to sue you!") aurait répliqué le jeune homme. Mais, le policier aurait compris: "Je vais te tuer!" ("I'm going to shoot you!"). La situation aurait alors totalement dérapé. Un attroupement se formant autour d'eux.

Un ami est venu en aide au garçon de 13 ans en poussant le policier dans un buisson. Ce qui met l'agent hors de lui. Il finit par se relever tout en tenant toujours fermement l'adolescent, puis dégaine son arme. Il braque alors son pistolet sur le groupe de jeunes et ouvre le feu, comme on le voit sur cette vidéo tourné par l'un des adolescents.

 

La même scène vue sous un autre angle.

 

Les adolescents se mettent à fuir en courant, mais heureusement aucun d'entre eux n'a été blessé. Néanmoins, le garçon de 13 ans et un autre de ses camarades ont été interpellés et placés en détention provisoire avant d'être relâchés. Quant au policier, il n'a pas été arrêté et s'est simplement mis à la disposition de sa hiérarchie pour les besoins de l'enquête, comme le stipule ce communiqué.

Un apparent traitement de faveur qui n'a pas manqué de faire réagir la population. Plusieurs manifestations ont eu lieu devant la maison du policier pour protester contre ce que d'aucuns considèrent comme une injustice.

 

par Daniel Gonzalez