Grèce: un laboratoire de drogue des djihadistes découvert

Le captagon est une drogue très prisée des djihadistes de Daesh. Vendredi, un laboratoire de fabrication de ce stupéfiant a été découvert dans la capitale grecque. Les autorités ignorent si les comprimés étaient destinés au Moyen-Orient.
03 mars 2017, 20:06
Le Captagon est fabriqué à base d'amphétamine.

Les autorités grecques ont annoncé vendredi avoir découvert près d'Athènes un laboratoire de fabrication de captagon. Cette drogue synthétique est prisée au Moyen-Orient et utilisée par les combattants en Syrie.

Quatre trafiquants présumés, un Albanais, un Turc et deux Grecs ont été arrêtés au cours de l'opération, menée en coopération avec la police et les gardes-côtes, a indiqué dans un communiqué la brigade grecque de lutte contre le crime financier.

Trois autres suspects, dont un policier grec à la retraite, sont recherchés. Quelque 635'000 comprimés ont été saisis, pour une valeur estimée à 10 millions d'euros (environ 10,7 millions de francs), précise le communiqué. Les trafiquants disposaient aussi d'armes et d'une vedette, qui ont été également saisis.

L'enquête se poursuit pour notamment déterminer si la drogue était destinée au marché grec ou à l'exportation, a précisé une source policière. A base d'amphétamine, le captagon est une des drogues les plus populaires au Moyen-Orient. Son trafic a été dopé par la guerre en Syrie. Elle est aussi connue pour être utilisée par des djihadistes auteurs d'attentat.