Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Il souhaite effacer le mot «escroc»

Ex-patron du FMI, Jacques de Groote a été condamné en Suisse dans l’affaire d’une mine tchèque. Il était présent hier à Genève pour présenter le documentaire «Présumé coupable». Interview.

25 août 2016, 23:32
/ Màj. le 26 août 2016 à 00:01

Kessava packiry

Il ne fait de loin pas ses 89 ans. Alerte, Jacques de Groote explique qu’il ne fume pas, ne boit pas, et fait régulièrement de la gymnastique. C’est ce qui permet à l’ancien directeur exécutif du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale de garder la forme, et de continuer à s’investir dans des projets d’infrastructures hospitalières ou éducatives (il n’aime pas le mot «humanitaire») dans des pays africains.

Mais ce n’est pas pour parler de sa condition physique que Jacques de Groote s’est rendu hier à Genève, au Cinéma Ciné 17, où était projeté le documentaire américain «Présumé coupable». Le Belge y livre son témoignage, dans un style narratif, sans combat, sans débat.

Remarqué lors du dernier festival de Cannes, ce documentaire produit par Terence O’Keefe est à charge contre la justice suisse, tout particulièrement contre le Ministère public de la Confédération (MPC), à qui...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias