Indonésie: des bateaux déployés sur le site du «probable» crash d’un Boeing

La compagnie indonésienne Sriwijaya Air n’a plus de contact avec un de ses avions transportant une soixantaine de passagers. L’appareil a disparu des écrans radars peu après son décollage. Des bateaux ont été envoyés sur le site d’un probable crash.

09 janv. 2021, 16:24
L'appareil a disparu des radars très peu de temps après le décollage au-dessus la mer de Java.

Un Boeing 737-500 transportant 62 personnes a disparu des radars samedi quelques minutes après son décollage de la capitale indonésienne Jakarta. Les autorités indonésiennes craignent une probable chute en mer de Java.

«Un appareil de (la compagnie) Sriwijaya Air reliant Jakarta à Pontianak», sur la partie indonésienne de l’île de Bornéo, «a perdu le contact» avec les contrôleurs aériens peu après 14h40 locales (08h40 suisses), a annoncé le porte-parole du ministère des Transports Adita Irawati à l’AFP.

 

 

«Nous déployons nos équipes et nos bateaux sur le site probable où (l’avion) est tombé», a quant à lui déclaré à des journalistes Bambang Suryo Aji, un responsable des services de secours. Le lieu de l’accident présumé du Boeing se situe près d’îles touristiques, juste au large de Jakarta.

Cinquante passagers et les douze membres de l’équipage se trouvaient à son bord, a précisé devant la presse le ministre des Transports Budi Karya Sumadi.

Chute de 10’000 pieds

L’appareil met normalement 90 minutes pour y arriver, mais il a disparu des radars très peu de temps après le décollage au-dessus la mer de Java. Selon les données du site internet FlightRadar24, il a atteint une altitude de près de 11’000 pieds (3350 mètres) avant de chuter à 250 pieds. Il a alors perdu le contact avec la tour de contrôle.

 

 

L’avion «a perdu plus de 10’000 pieds en moins de quatre minutes après son départ de Jakarta», a précisé le site aéronautique sur Twitter.

Des pêcheurs interrogés sur la chaîne de télévision Kompas ont dit avoir trouvé des débris dans la zone des 1000 îles, au large de la capitale, mais il n’y a eu aucune information officielle sur leur origine. La compagnie low cost a dit être en train de faire des investigations, tout comme les secours.