Réservé aux abonnés

Ingrid Betancourt, dix ans après...

Le 23 février 2002, elle participait à l'élection présidentielle et se faisait enlever par la guerilla des FARC. Elle guérit lentement des blessures d'une captivité de six ans.
05 août 2015, 15:45
data_art_5776969

Lors de son enlèvement par la guérilla des FARC le 23 février 2002, elle concourait à l'élection présidentielle en Colombie. Dix ans après, Ingrid Betancourt a abandonné à la fois la politique et son pays, dépassée par une célébrité qui n'a pas effacé toutes les blessures.

Retenue en captivité durant six ans dans la jungle, cette ancienne sénatrice, qui comptait 1% d'intentions de vote, s'est convertie en symbole du drame des otages pour sa ténacité, suscitant une mobilisation internationale sans précédent. Libérée par une opération de l'armée le 22 juillet 2008, elle est emportée par un tour...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois