Réservé aux abonnés

Israël: les paradoxes d’une instabilité chronique

En Israël, l’instabilité politique se poursuit. Mercredi, le Parlement a été dissous. En conséquence de ce nouvel échec, de nouvelles élections sont prévues en mars 2021.

24 déc. 2020, 00:01 / Màj. le 24 déc. 2020 à 07:05
Pour bien des Israéliens, la valse-hésitation entre Benny Gantz (à gauche) et Benyamin Netanyahou ressemble à une mascarade.

Mais qui sauvera la démocratie israélienne? Quatre chutes de gouvernement, quatre retours aux urnes en deux ans. Hier soir, le Parlement israélien s’est une fois encore dissous, provoquant de nouvelles élections, prévues en mars prochain. L’instabilité chronique du pouvoir est devenue systémique: elle fait partie du paysage, sans que personne, ou presque, ne s’en émeuve.

 

 

Il faut dire que passer d’ennemi radical à partenaire de gouvernement portait en soi son échec. A...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois