L'UE renforce l'arsenal contre le terrorisme

L'Union européenne va renforcer son arsenal contre le terrorisme et mieux contrôler le trafic d'armes. Elle durcit également sa définition des infractions.

02 déc. 2015, 17:14
Bruxelles veut aussi renforcer le contrôle de l'accès aux armes à feu et explosifs.

La Commission européenne a décidé mercredi de durcir sa définition des infractions terroristes, en y incluant par exemple les voyages à l'étranger à des fins d'entraînement. Bruxelles veut aussi renforcer le contrôle de l'accès aux armes à feu et explosifs et se donner ainsi les moyens de mieux prévenir des attentats.

"Le nombre croissant de citoyens de l’Union qui se rendent à l’étranger pour devenir des 'combattants étrangers' contraint l’UE à mettre à jour son cadre juridique relatif aux infractions terroristes", a déclaré devant les médias le premier vice-président de la Commission Frans Timmermanns.

La Commission européenne (CE) a donc proposé une nouvelle directive relative à la lutte contre le terrorisme. Elle érige en infraction terroriste les actes suivants: le fait de se rendre à l'étranger à des fins terroristes, d'y recevoir un entraînement dans le même dessein, ainsi que le financement, l'organisation et la facilitation de ces voyages, qu'ils soient sur le territoire de l'UE ou à l’extérieur.

Par ailleurs, le fait de procurer des fonds utilisés pour des actes terroristes entre lui aussi dans cette catégorie d'infractions. Tout comme le recrutement, l'entraînement à des fins terroristes et la diffusion de la propagande terroriste, y compris en ligne, indique la CE dans un communiqué.

Ces propositions s’inscrivent dans le programme européen en matière de sécurité adopté en avril 2015. Les récents événements en France ont nettement accéléré leur mise en œuvre.

Renforcer Europol

Bruxelles entend aussi serrer la vis sur le trafic d'armes à feu et d'explosifs. La Commission a donc adopté mercredi un plan d'action destiné à améliorer la détection et la saisie des armes à feu et des explosifs utilisés à des fins criminelles et terroristes.

Ce plan préconise la création de points de contact nationaux interconnectés sur les armes à feu, le renforcement du rôle d’Europol, l'agence européenne de coopération policière basée à La Haye, et une amélioration de la collecte et du partage d’informations.