Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'Union européenne de Radio-télévision soutient la chaîne publique grecque

L'Union européenne de Radio-télévision a demandé aux autorités grecques la réouverture de la chaîne publique ERT, selon un communiqué de son président, vendredi.

14 juin 2013, 13:14
Le siège de la chaîne de télévision pris d'assaut après l'annonce du gouvernement grec.

L'Union européenne de Radio-télévision (UER) "demande" au gouvernement grec "de renverser sa décision" sur la fermeture de la radiotélévision publique grecque ERT, a indiqué vendredi son président Jean-Paul Philippot. Il appelle au "rétablissement de son signal".

M. Philippot va déposer une lettre en ce sens cet après-midi à Athènes au ministre grec des Finances Yannis Stournaras, signée par 51 directeurs de chaînes et radios publiques européennes.

Le président de l'UER, une alliance qui regroupe 56 médias de service public en Europe et alentour, s'est déplacé dans la capitale grecque pour soutenir la réouverture de l'ERT, dont la fermeture a suscité de vives réactions en Grèce et à l'étranger. Il a plaidé pour la sauvegarde "de l'indépendance, de la liberté d'expression et du pluralisme" des radiotélévisions publiques.

Emissions retransmises par l'UER

Dès mercredi, l'UER avait dénoncé la fermeture de l'ERT, décidée mardi par le gouvernement conservateur du premier ministre Antonis Samaras. Elle retransmet depuis les programmes produits par les journalistes grecs de l'ERT, qui occupent le siège de la station dans la banlieue nord de la capitale grecque.

M. Philippot a toutefois indiqué que "l'avenir de la ERT signifie une forte restructuration et une nouvelle organisation, mais cela n'est pas la responsabilité de l'UER", qui est là pour exprimer sa "solidarité" et défendre "l'indépendance et la viabilité des télévisions publiques".

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias