L'Union Jack hissé à Belfast pour l'anniversaire de Kate

Le drapeau britannique a été hissé mercredi sur l'édifice de l'Hôtel de Ville de Belfast, malgré la décision de ne plus le faire et les violentes tensions qui secouent la ville depuis plusieurs jours. L'Union Jack flotte pour les 31 ans de Kate.

09 janv. 2013, 16:14
L'Irlande du Nord se déchire entre indépendantistes et pro-britanniques.

Le drapeau britannique a été hissé mercredi matin sur l'édifice de l'Hôtel de ville de Belfast, à l'occasion de l'anniversaire de Kate. C'est la première fois qu'il flotte, depuis la décision controversée de la municipalité début décembre de l'arborer qu'occasionnellement.

Cette décision intervient au lendemain d'une nouvelle nuit de violences de la part de protestants loyalistes, farouchement attachés à leur identité britannique, l'Union Jack.

Il a été déployé pour marquer le 31e anniversaire de Catherine, l'épouse du prince William, deuxième dans l'ordre de succession au trône britannique et qui attend un enfant pour l'été.

Mardi soir, des centaines de manifestants masqués se sont à nouveau affrontés aux policiers anti-émeutes dans l'est de Belfast, jetant pierres, balles de golf, cocktails Molotov et fumigènes en direction des forces de l'ordre.

Des représentants de divers partis unionistes vont se rencontrer jeudi à Stormont, siège du Parlement de Belfast, pour évoquer les incidents, a indiqué le Premier ministre nord-irlandais Peter Robinson.

L'Ulster "otage" des manifestants

Malgré les tentatives de leaders politiques et religieux pour désamorcer la crise, les incidents se multiplient nuit après nuit à Belfast depuis un mois. Au total, les forces de l'ordre ont procédé à 106 interpellations, qui ont abouti à 81 inculpations.

Les manifestants "tiennent en otage" la province britannique nord-irlandaise, a dénoncé mardi la ministre de l'Ulster, Theresa Villiers.

"Il n'est pas acceptable que ceux qui défendent le drapeau britannique le fassent en lançant des briques et des cocktails Molotov sur la police. C'est scandaleux", a-t-elle ajouté sur la BBC.

En trois décennies, les heurts entre loyalistes protestants et républicains catholiques, partisans d'un rattachement avec la République d'Irlande, frontalière, ont fait 3500 morts.

Depuis, un gouvernement bi-confessionnel a été mis en place, mais des violences éclatent sporadiquement, rappelant la persistance des divisions entre les deux communautés.