La Bosnie commémore le massacre de Srebrenica, 20 ans après

Samedi à Srebrenica, des milliers de personnes se rappellent du massacre de 8000 hommes et garçons musulmans il y a vingt ans.
25 août 2015, 16:10
Les participants se sont recueillis près des tombes de plus de 6200 victimes enterrées au centre mémorial.

Des milliers des personnes étaient présentes samedi à Srebrenica pour participer aux cérémonies marquant le 20e anniversaire du massacre de 8000 hommes et garçons musulmans. Cette tuerie est qualifiée de génocide par la justice internationale.

Par une chaude journée d'été, les participants se recueillaient près des tombes de plus de 6200 victimes enterrées au centre mémorial. Dans une atmosphère chargée d'émotion, ils attendaient la mise en terre vers 13 heures des 136 nouvelles victimes identifiées.

"J'ai perdu mon père ici. J'imagine ses souffrances", soupire Emina Malic, âgée de 20 ans, à peine née, lorsque le massacre a eu lieu. "De tels drames ne doivent plus se répéter", dit en s'effondrant en larmes cette jeune femme qui vit aujourd'hui à Chicago, aux États-Unis.

Begajeta Salihovic, 51 ans, va enterrer son père. "Quand j'ai appris que les restes de mon père avaient été retrouvés, j'ai eu l'impression qu'il venait à peine de mourir", murmure cette femme qui a également perdu un frère dans le massacre et dont deux autres frères, tués au début de la guerre, n'ont toujours pas été retrouvés.

 

Un crime monstrueux

A Belgrade, juste avant son départ pour Srebrenica, le Premier ministre serbe, Aleksandar Vucic, a publié une lettre ouverte dans laquelle il dénonce un "crime monstrueux".

A son arrivée à Srebrenica, M. Vucic a été brièvement conspué par un groupe de participants aux cérémonies, avant d'entrer dans un hangar où il a signé le livre de condoléances. Il s'est entretenu avec des mères de victimes, dont une lui a donné une longue accolade.

La question du génocide

Il y a vingt ans, en juillet 1995, alors que la région était déclarée "zone protégée" par l'ONU, quelque 8000 hommes et garçons musulmans ont été tués à Srebrenica par les forces serbes bosniennes. C'était la pire tuerie en Europe depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. La guerre intercommunautaire de Bosnie (1992-95) a fait 100'000 morts et environ 2 millions de réfugiés, soit près de la moitié de la population à l'époque.

La Serbie refuse obstinément d'accepter qu'un génocide a été perpétré. Le sujet anime toujours les débats sur la scène politique internationale et reste une question qui empoisonne les relations entre la Serbie et la Bosnie.

Mercredi, la Russie a opposé son veto à un projet de résolution de l'ONU sur Srebrenica, une décision dont Belgrade s'est félicité et que les familles des victimes ont déplorée, estimant qu'elle "rendait la réconciliation impossible".