Votre publicité ici avec IMPACT_medias

La "Bronco Bamma girl" révèle la lassitude des Américains

La vidéo d'une petite fille de quatre ans qui pleure devant ses parents en leur disant qu'elle n'en peut plus d'entendre parler de "Bronco Bamma et Mitt Romney" fait sensation aux Etats-Unis.

02 nov. 2012, 07:57
capture

L'espace médiatique américain y est saturé par la campagne présidentielle à cinq jours du jour J. 

La vidéo postée sur Youtube par la maman d'Abigael montre la petite fille en train de pleurer: "J'en ai marre de Bronco Bamma et Mitt Romney". Hors écran sa maman lui demande: "C'est pour ça que tu pleures?" La petite fille qui porte un blouson "Hello Kitty" acquiesce de la tête.
 
"Ca va bientôt être terminé, d'accord. L'élection va bientôt être finie" dit la maman alors que la petite fille répond "ok".
 
La vidéo a été vue près de deux millions de fois et a sucité d'interminables commentaires sur Twitter et sur les réseaux sociaux où la fillette a rapidement été surnommée la "Bronco Bamma girl".
 
La fillette est devenue le symbole de la lassitude qui gagne certains Américains après des mois de débats.
 
Une radio présente ses excuses
 
"Sommes-nous tous des "Bronco Bamma girl, tellement lassés par cette campagne qu'on pourrait en pleurer?", se demande un journaliste de "The Christian Science Monitor's" dans un billet.
 
Après enquête, il s'est avéré que la petite fille avait entendu dans la voiture une émission de NPR, la radio publique américaine, qui s'est depuis, excusée.

"Au nom de NPR et de tous les autres médias, nous présentons nos excuses à Abigael (...). Nous devons le reconnaître, la campagne a été longue pour nous aussi. Disons-nous seulement 'plus que quelques jours, plus que quelques jours, plus que quelques jours", a écrit Mark Memmott, médiateur de la radio, sur le blog de NPR.

Obama et Romney de nouveau en campagne
 
Barack Obama a repris jeudi le chemin de la campagne électorale, en sillonnant quatre Etats clés à cinq jours d'un scrutin présidentiel qui s'annonce très serré. Son adversaire républicain Mitt Romney a mis lui aussi fin à la trêve qu'il observait et relancé ses critiques contre lui.
 
A l'approche du scrutin de mardi, le statu quo domine dans les sondages. Barack Obama bénéficie toujours d'une avance minime sur son rival républicain Mitt Romney, indique une enquête Reuters/Ipsos jeudi.

 

Votre publicité ici avec IMPACT_medias