La Cité radieuse de Le Corbusier à Marseille détruite par les flammes

Un incendie a ravagé une demi-douzaine d'appartements de la Cité radieuse à Marseille hier.
05 août 2015, 09:17
iincendie_2_marseille

Une demi-douzaine d'appartements ont été détruits par un incendie jeudi à la Cité radieuse, le célèbre immeuble de Marseille créé en 1952 par l'architecte Le Corbusier. L'édifice a dû être entièrement évacué, a-t-on appris auprès des marins-pompiers de la ville.

Le feu dont l'origine est inconnue s'est déclenché en début d'après-midi dans un duplex du 1er étage de ce bâtiment, classé monument historique en 1995.

Les marins-pompiers pensaient avoir circonscrit le sinistre en début de soirée mais «il y a eu une reprise de feu: il s'agit d'un feu virulent qui a détruit six appartements», a indiqué peu après 22 heures une porte-parole des marins-pompiers.

«L'évacuation générale de l'ensemble du bâtiment a été décidée», a-t-elle ajouté. Cinq personnes avaient été transportées en début de soirée vers des établissements hospitaliers, dont deux légèrement intoxiquées. D'importants moyens ont été déployés, avec plus de 150 marins-pompiers et une quarantaine de véhicules.

«Village vertical»

La résidence compte notamment une école maternelle au 8e étage. Les élèves avaient d'abord été confinés dans leur classe, puis ont quitté les lieux, à la fin des cours.

Inspiré des paquebots transatlantiques chers à l'architecte suisse naturalisé français Charles-Édouard Jeanneret, dit Le Corbusier, l'immeuble, symbole de l'architecture moderne des années 1950, accueille 1500 habitants.

Situé dans le 9e arrondissement de Marseille, il se présente comme un «village vertical» (neuf étages, 56 mètres de haut), intégrant commerces, hôtel (21 chambres), équipements collectifs (école maternelle, gymnase) et lieux de rencontre (toit-terrasse).

Les 337 appartements en duplex sont distribués par de longs couloirs baptisés «rues». D'un confort exceptionnel à l'époque de la construction, ils bénéficient d'une isolation phonique toujours inégalée, de loggias avec des baies vitrées lumineuses et d'équipements intégrés (cuisine équipée, placards, bibliothèques).

Pensé comme un logement social, l'immeuble sera finalement vendu par l'Etat en copropriété dès 1951, abritant une population plutôt aisée. La Cité radieuse, connue à Marseille comme «la cité du fada» (du fou), fêtera le 14 octobre ses 60 ans d'existence.