La Corée du Nord teste un missile lancé par sous-marin

La Corée du Nord a effectué samedi un tir de missile balistique depuis un sous-marin, au lendemain des déclarations de Séoul et Washington, qui ont promis de déployer un bouclier anti-missile pour faire face à la menace de la Corée du Nord.
09 juil. 2016, 08:31
Photo officielle non datée d'un missile balistique à longue portée Hwasong-10 nord-coréen.

La Corée du Nord a tiré samedi un missile balistique depuis un sous-marin. Les premiers éléments réunis par la Corée du Sud laissent penser que cet essai s'est soldé par un échec.

Ce tir survient au lendemain des déclarations de Séoul et Washington, qui ont promis de déployer un bouclier anti-missile pour faire face à la menace de Pyongyang.

Le missile a été tiré vers 11h30 heure de Séoul (04h30 en Suisse) dans les eaux à l'est de la péninsule de Corée, précise le communiqué de l'armée sud-coréenne.

Le missile a sans doute été lancé d'un sous-marin mais paraît avoir échoué à un stade préliminaire, ajoute l'armée sud-coréenne. Selon l'armée américaine, il s'agit d'un KN-11, un engin d'inspiration soviétique.

Le tir constitue une "contestation claire des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU", a réagi le Premier ministre japonais Shinzo Abe, selon l'agence de presse Kyodo. "Nous devons condamner avec force le lancement en travaillant avec la communauté internationale", a-t-il dit à des journalistes, ajoutant que le lancement n'affectait pas sérieusement la sécurité nationale du Japon.

 

 

Série de tests

Washington a également déploré ce tir qui vient en "contradiction avec les résolutions du Conseil de sécurité qui interdisent expressément l'emploi par la Corée du Nord de technologies de missiles balistiques", a souligné Gabriel Price, porte-parole du département d'Etat.

La Corée du Nord a averti jeudi qu'elle préparait une riposte des plus dures à la "déclaration de guerre" des Etats-Unis, au lendemain de l'adoption par Washington de sanctions contre son dirigeant Kim Jong-un pour "atteintes notoires aux droits de l'homme".

Pyongyang conduit depuis janvier une série de tests militaires, débutés avec son quatrième essai nucléaire, suivi en février du lancement d'un missile de longue portée. En mars, le Conseil de sécurité de l'Onu a imposé de nouvelles sanctions au pays en réponse à ces essais.