La Corée du Sud répond à la provocation de la Corée du Nord

Les autorités sud-coréennes ont réagi lundi au tir d'un missile balistique nord-coréen. Séoul se dit prêt à être "impitoyable" envers toute nouvelle "provocation" de son voisin.

11 mai 2015, 08:25
245483595

Le ministre sud-coréen de la Défense a affirmé lundi que Séoul serait "impitoyable" envers toute nouvelle "provocation" de la Corée du Nord. Pyongyang a annoncé il y a quelques jours le tir réussi d'un missile balistique depuis un sous-marin.

Ce missile mer-sol balistique stratégique (MSBS) aurait été lancé vendredi par la Corée du Nord, qui a parlé "d'arme stratégique de niveau mondial". L'opération aurait été supervisée en personne par le leader nord-coréen Kim Jong-un.

La portée exacte de cet essai annoncé samedi par l'agence officielle nord-coréenne KCNA doit encore être confirmée de source indépendante. Certains experts ont estimé qu'il s'agissait d'un test de la séquence d'éjection du missile plutôt que d'un lancement proprement dit, l'engin n'ayant parcouru que quelques centaines de mètres.

Missiles antinavires testés

D'après le ministère sud-coréen de la défense, la Corée du Nord a procédé également à trois tirs de missiles de croisière antinavires, après avoir menacé de s'en prendre aux bâtiments sud-coréens qui violeraient la frontière maritime conflictuelle entre les deux Etats rivaux.

Lors d'une réunion consacrée à la sécurité avec les membres du parti Saenuri au pouvoir, le ministre de la défense Han Min-koo a dit que l'armée sud-coréenne ne resterait pas les bras ballants.

"Nous userons de représailles impitoyables afin de rompre le cycle de leurs provocations", a déclaré le ministre, cité par l'agence Yonhap. "Réagir à la provocation, c'est que le peuple ordonne", a-t-il ajouté.

Au cours de la semaine passée, Pyongyang a averti à trois reprises que son armée était prête à ouvrir le feu à vue et sans avertissement sur des navires militaires sud-coréens qui violent, selon elle, la frontière maritime entre les deux pays en mer Jaune. Séoul dément toute incursion dans les eaux nord-coréennes.