La fusée européenne Vega avec technologie suisse a décollé

La nouvelle petite fusée européenne Vega, avec technologie suisse, a décollé ce matin du Centre spatial de Kourou en Guyane française. Ce vol inaugural doit placer en orbite neuf petits satellites au terme d'une mission de 81 minutes seulement.
05 août 2015, 13:56
129718300

La fusée a quitté le site de lancement de Kourou à 07h00 heure  locale. La mission doit durer jusqu'à la séparation des neuf  satellites qui devraient être mis en orbite.

Moins de six minutes après le décollage, le quatrième et dernier  étage à propulsion liquide, baptisé AVUM, a réussi son premier  allumage pour aller place en orbite les satellites embarqués à son  bord à 1450 km d'altitude.

Vega bénéficie de la technologie helvétique. RUAG Space à Zurich  a développé la coiffe de protection de huit mètres de haut environ.  Celle-ci protège les satellites des hautes températures, du soleil,  des poussières, de l'humidité ou de la pluie avant le décollage.  L'ordinateur de commande a été fabriqué par RUAG Space Suède.

Marché des petits satellites

Le consortium européen Arianespace voit dans ce lanceur, plus  léger qu'Ariane 5 ou la fusée russe Soyouz, le moyen de se  développer sur le marché des petits satellites d'observation de la  Terre, où la demande est de plus en plus forte.

Un peu moins d'une heure après le décollage, le vol Vega VV01 devait mettre sur orbite Lares, satellite développé par l'agence  spatiale italienne, pour mesurer le phénomène de distorsion du temps  provoqué par la rotation de la Terre.

Puis, ce devait être au tour du satellite de recherche ALMASat-1,  de l'université de Bologne, d'être mis sur orbite en même temps que  les sept autres, des nanosatellites réalisés par les universités  membres de l'Agence spatiale européenne.

Le dernier-né des lanceurs européens aura mis une décennie pour  voir le jour. Le programme de développement aura coûté près de 710  millions d'euros, assumé à près de 60% par l'Italie, le deuxième  contributeur étant la France avec une participation de près de 25%.