Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La génération «nini», jeunesse perdue

Ils ne sont ni étudiant, ni en quête d’emploi, comme près de 30% des jeunes Ibères, perdus par les faiblesses du système éducatif, un thème de campagne pour les législatives.

17 déc. 2015, 01:25
A man sleeps while begging with a dog and a Guinea pig on his knees in central Madrid, Wednesday, Dec. 9, 2015. (AP Photo/Daniel Ochoa de Olza) Spain Daily Life

Se lever tard, traîner au parc, s’affaler devant la télévision: à 18 ans, Carlos Cabilla remplit ses journées comme il peut. Il est «nini», ni étudiant, ni en quête d’emploi, comme près de 30% des jeunes Espagnols, perdus par les faiblesses du système éducatif, un thème de campagne pour les législatives.

Carlos Cabilla vit à Segunda Aguada, quartier ouvrier de Cadix (sud), ville portuaire de 122 000 habitants. Du linge pend aux fenêtres des immeubles aux peintures défraîchies et une supérette vante ses produits alimentaires à moins d’un euro. Ici, le taux de chômage frise les 37%, contre 21% au niveau national. Il dépasse 60% chez les moins de 25 ans.

«J’ai commencé un cours de coiffure» à 15 ans, témoigne le jeune homme, barbe brune et sourire timide sous les multiples piercings et tatouages. «J’ai fait un trimestre et j’ai arrêté.»

Depuis, plus rien, hormis quelques petits boulots en...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias