Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La Grèce, cette mal-aimée qui marche pourtant bien

L'approche défensive du jeu hellène peut pousser les spectateurs à s'ennuyer. Mais les Grecs assurent.

12 juin 2012, 00:01
data_art_6115514.jpg

La Grèce, très critiquée pour son football défensif à la base de son sacre européen en 2004, a une bonne occasion de faire valoir ses qualités en allant chercher la victoire dans son deuxième match de la poule A de l'Euro 2012 contre la République tchèque, mardi. Un succès mettrait les hommes d'Otto Rehhagel en très bonne position pour se qualifier.

Les amoureux du beau jeu avaient pris la Grèce en grippe quand Rehhagel a imposé son schéma de jeu très défensif en 2004. Négation du football pour certains, garantie de s'ennuyer devant son poste de TV pour d'autres, le "Bateau pirate" n'a pas beaucoup d'alliés depuis lors. Ses récents résultats devraient quand même lui valoir un peu plus de respect.

"Si Messi était grec..."

L'analyse ne rend pas justice à des Grecs qui, s'ils ne sont que très rarement spectaculaires, affichent un bilan sur dix ans n'ayant rien à...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias