Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La mortelle résolution du copilote

Profitant de la sortie du commandant de bord du cockpit, Andreas Lubitz, aurait délibérément enclenché la descente de l'avion vers son impact final.

27 mars 2015, 00:01
data_art_8976377.jpg

L'incroyable thèse d'une " volonté de détruire l'avion " de la part du copilote est désormais retenue pour expliquer le crash de l'Airbus A320 survenu mardi dans les Alpes-de-Hautes-Provence. L'analyse des trente dernières minutes d'enregistrement la boite noire du "Cockpit voice recorder" (CVR) dessine un scénario édifiant.

Le procureur de la République de Marseille, Brice Robin, a révélé hier que pendant vingt minutes, le commandant de bord et son jeune copilote, Andreas Lubitz, 28 ans, échangent " de façon normale, courtoise et presque enjouée ". Puis, ce dernier change de ton, devient plus laconique au moment d'évoquer le briefing d'atterrissage à Düsseldorf. Sur le fichier audio, les enquêteurs entendent ensuite que le commandant a demandé au copilote de prendre les commandes pour satisfaire semble-t-il un "besoin naturel".

La mémoire sonore du CVR enregistre alors le bruit d'un siège qui recule et d'une porte qui se ferme. Le système de verrouillage...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias