Laurent Fabius dément avoir un compte en Suisse

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a "démenti formellement" dimanche une "rumeur", relayée par "Libération" lundi, lui "attribuant un compte en Suisse". Il a ajouté qu'il engageait des poursuites judiciaires.
07 août 2015, 11:13
"J'ai évidemment envoyé des instructions pour que dans tous les pays où cela peut poser des problèmes, on prenne des précautions de sécurité particulières", a déclaré M. Fabius.

''Je démens formellement la rumeur, relayée par "Libération" dans son édition du lundi 8 avril, m'attribuant un compte en Suisse. Elle ne repose sur aucun élément matériel et est dénuée de tout fondement" écrit le ministre français Laurent Fabius dans un communiqué envoyé dimanche.

Il annonce avoir mandaté son avocat "pour qu'il engage les procédures juridiques permettant de le démontrer et de faire cesser la diffusion de ces informations fausses et calomnieuses". 

En Une, le quotidien français Libération a titré: "Affaire Cahuzac, le cauchemar continue", et écrit que Laurent Fabius a démenti auprès de lui "détenir un compte en Suisse". Sous le titre : "une possible affaire Fabius tétanise l'Elysée", le quotidien dans un long article ne produit aucun élément donnant à penser que le ministre des Affaires étrangères détiendrait un tel compte non déclaré. Il souligne simplement que le site d'information Mediapart "explore (cette) piste".

Mediapart critique "Libération"

Mediapart avait produit en décembre dernier des preuves de l'existence d'un compte bancaire détenu en Suisse par le ministre français du Budget Jérôme Cahuzac. Ce pilier du gouvernement socialiste français avait finalement démissionné le 19 mars, trois heures après que le parquet eut annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour blanchiment de fraude fiscale sur cette affaire.

Le fondateur de Mediapart Edwy Plenel avait promis vendredi d'autres révélations sur un "scandale républicain après avoir révélé "l'affaire Cahuzac". Il a cependant critiqué tard dimanche soir l'information relayée par "Libération". "Libération perd la tête: demain (lundi), il transforme en information une rumeur sur Fabius en prétendant démentir une non-information de Mediapart", a-t-il écrit.