Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le jeune Maxime est devenu le jouet des tensions russo-américaines

Cet orphelin de l'Oural rêvait d'être adopté par une famille de Virginie. Un rêve brisé par la nouvelle loi sur l'adoption.

16 janv. 2013, 00:01
data_art_6727641.jpg

Il a seulement quatorze ans mais à la vue de son visage rebelle au nez épaté et des mèches brunes effilées qui pendent sur son front, on devine déjà chez Maxime les traits marqués et la maturité de l'adolescent qui aurait grandi trop vite.

Depuis une semaine, le jeune garçon, pensionnaire de l'orphelinat numéro 13 de Tcheliabinsk, dans l'Oural, est embarqué dans un maelström médiatique, otage d'une guerre diplomatique entre Russie et Etats-Unis qui le dépasse.

Pour les défenseurs russes des droits de l'homme, il incarne la victime parfaite de l' "inique" loi Iakoviev votée ces dernières semaines, qui interdit aux couples américains d'adopter des enfants russes. Pour le Kremlin, à l'inverse, Maxime Kargopoltsev ne serait que le jouet d'une vaste campagne de propagande destinée à dénigrer la Russie. Depuis qu'il a été abandonné à sa naissance, souffrant d'une maladie génétique qui affecte ses fonctions cérébrales, le garçon n'a connu...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias