Le monde célèbre 2013 malgré les crises et les guerres

Entre feux d'artifices, concerts et libations, le monde a fêté l'arrivée de 2013 en dépit des nuages persistants dans la zone euro et des violences en Syrie. Les cérémonies ont en revanche été annulées en Inde et au Venezuela.
07 août 2015, 10:50
Malgré les crises et conflits, l'arrivée de la nouvelle année a été célébrée dans presque tous les pays du globe.

A New York, un million de personnes ont salué sur Times Square le début de la nouvelle année avec la traditionnelle descente d'une boule de cristal multicolore le long d'un pylône. Les festivités avaient été précédées de peu par l'annonce d'un accord budgétaire entre la Maison Blanche et ses adversaires républicains.

A Berlin également, les fêtards étaient plus d'un million à se masser devant la Porte de Brandebourg, lieu d'un gigantesque show musical assuré par plus de 260 artistes. A Londres, le feu d'artifices spectaculaire tiré du London Eye a été acclamé par 250'000 spectateurs.
 
Deux morts en Italie
 
En Italie, environ 300'000 personnes ont assisté à un concert au centre de Rome. Les festivités ont toutefois été endeuillées par des accidents mortels en Campanie (sud). Un homme de 49 ans a été tué par une fusée qui la frappé en plein visage et un autre de 51 ans est mort quand un pétard a explosé près de sa tête. Plus de 360 personnes ont aussi été blessées à travers la Péninsule.
 
A Paris des milliers de personnes ont convergé sur les Champs-Elysées malgré la pluie et le vent. En Espagne, de nombreux Madrilènes, pas découragés par le froid, la pluie et la récession, se sont rassemblés à la Puerta del Sol, pour fêter le passage à 2013 avec un verre de vin et beaucoup de bonne humeur.
 
La crise était en revanche perceptible au Portugal, où le secteur des transports était fortement perturbé mardi en raison de plusieurs grèves contre le nouveau code du travail. La Grèce a elle aussi inauguré 2013 avec une première grève qui a paralysé le métro d'Athènes mardi.
 
En Autriche, la tradition a été respectée avec l'ouverture de la saison des bals viennois. Plusieurs milliers d'invités, en majorité des touristes étrangers, ont dansé en habit de soirée dans les salons majestueux de l'ancien palais impérial.
 
Kylie Minogue
 
A Sydney, la chanteuse pop Kylie Minogue a appuyé sur le détonateur pour le traditionnel feu d'artifice de sept tonnes de poudre qui embrase chaque année la baie et son célèbre opéra, en présence de centaines de milliers de personnes. Trois heures plus tard, Hong Kong prenait le relais avec un festival étincelant de huit minutes sur le front de mer, acclamé par une foule de 100'000 fêtards.
 
Pyongyang, capitale d'une Corée du Nord appauvrie, n'était pas en reste. Elle a marqué l'arrivée de 2013 avec un feu d'artifice dans le but de "donner de la confiance et de l'espoir en un avenir meilleur", selon l'agence officielle KCNA.
 
La Birmanie bouddhiste, sortie de décennies d'isolement, a pour la première fois fêté l'événement avec un spectacle pyrotechnique à Rangoun. A l'occasion de ses premiers voeux, le président Thein Sein a appelé mardi à la "confiance mutuelle" entre le régime et la population afin de poursuivre la transition démocratique.
 
A Dubaï, une explosion de couleurs tirées depuis le Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, a illuminé le ciel et fait scintiller la tour de 828 mètres de haut, dans une chorégraphie accompagnée par l'orchestre philharmonique de Prague.
 
Tirs dans la rue
 
Aux Philippines, un garçon de quatre ans a été tué par arme à feu au cours du réveillon à Manille. La police a indiqué avoir interpellé "dix personnes qui tiraient au hasard. La plupart d'entre eux sont des gardes de sécurité qui étaient ivres". Plus de 400 personnes ont été blessées par des pétards, dont certaines très grièvement.
 
La fête a également été marquée par l'introduction aux premières heures du jour de l'an d'une nouvelle "taxe du péché" sur les cigarettes et l'alcool.
 
L'Inde avait pour sa part annulé toutes les manifestations en raison de l'onde de choc provoquée par le viol collectif d'une étudiante qui a succombé à ses blessures. La fête a également été annulée à Caracas en raison des dernières nouvelles inquiétantes sur l'état de santé du président Hugo Chavez.

Célébrations à Hong Kong :

A New York :