Le patron prévu du Pentagone est contesté

Barack Obama devrait annoncer lundi la nomination de l'ancien sénateur républicain Chuck Hagel à la tête du Pentagone. Si elle se confirme, cette décision provoquera de vifs débats.
07 août 2015, 10:51
La nomination de Hagel devrait faire débat puisque l'homme est contesté au sein de son propre parti.

Barack Obama rendra officielle lundi la nomination de Chuck Hagel, ancien sénateur de 66 ans, comme successeur de Leon Panetta à la tête du ministère de la défense, a confié dimanche une source démocrate. La rumeur circulait depuis plusieurs semaines et avait été relayée par plusieurs médias américains.

Le président américain devrait également nommer le successeur de David Petraeus à la tête de la CIA. Michael Morell, l'actuel directeur par interim de l'agence de renseignement, ainsi que John Brennan, le principal conseiller pour la sécurité intérieure à la Maison Blanche, font figures de favori pour succéder à David Petraeus démissionnaire après avoir admis une relation adultère.
 
La confirmation de Chuck Hagel par le Congrès risque cependant d'être difficile en raison des doutes chez certains élus sur son soutien à Israël. Ses détracteurs au sein du Grand Old Party rappellent qu'il s'est opposé non seulement aux sanctions contre l'Iran ou la Libye mais qu'il a aussi un jour critiqué l'influence de ce qu'il a appelé le "lobby juif" à Washington.
 
Je le connais
 
Barack Obama a avancé le mois dernier le nom de Chuck Hagel pour remplacer l'actuel ministre de la Défense, Leon Panetta, qui souhaite se retirer. "J'ai travaillé avec Chuck Hagel. Je le connais. C'est un patriote. Il a fait un travail extraordinaire au Sénat, il a servi valeureusement son pays au Viêtnam", avait alors dit le président américain.
 
M. Hagel est actuellement président du conseil sur le renseignement, dépendant de la Maison Blanche, après avoir représenté le Nebraska à la chambre haute du Congrès de 1997 à 2009. C'est aussi un ancien combattant de la guerre du Vietnam, titulaire de prestigieuses décorations.
 
Barrage
 
Plusieurs poids-lourds de son propre parti organisent depuis des semaines un tir de barrage contre cet homme à la réputation de franc-tireur. L'influent sénateur républicain Lindsey Graham a affirmé dimanche sur CNN que M. Hagel "serait le secrétaire à la Défense le plus hostile à Israël de toute l'histoire des Etats-Unis".
 
Il s'agirait pour lui d'un "choix incroyablement controversé", laissant entendre néanmoins que Chuck Hagel pourrait "rétablir le tir" lors de son audition devant le Sénat.
 
Audition
 
Mitch McConnell, chef de la minorité réublicaine à la chambre haute, a également signifié dimanche sur ABC qu'il attendait beaucoup de l'audition. "Je vais attendre de voir comment se déroule l'audition pour décider si les opinions de Chuck entrent dans le cadre du poste auquel il devrait être nommé".
 
Barack Obama qui est rentré dimanche de vacances à Hawaii n'aura besoin, en cas d'obstruction parlementaire, que de quelques voix républicaines supplémentaires pour que son choix soit confirmé par le Sénat.
 
Susan Rice
 
Récemment, le président Obama a dû renoncer à confier le poste de secrétaire d'Etat à Susan Rice, ambassadeur des Etats-Unis à l'Onu, en raison de l'opposition des républicains. "L'administration (Obama) va avoir beaucoup de travail avec Hagel. Il se trouve dans une position de faiblesse encore plus grande que Rice parce que Rice aurait rassemblé les démocrates autour d'elle", estime un responsable démocrate au Congrès.