Le prince Charles veut s'engager pour sauver la planète

Le prince Charles a déclaré vouloir plus que jamais s'engager pour lutter contre les changements climatiques. L'arrivée d'un petit-fils cet été n'est pas étrangère à cet engagement.
07 août 2015, 10:51
Britain's Prince Charles, right, meets with members of the public during a visit to Middleton-in-Teesdale, England, Tuesday, Oct. 23, 2012, The Prince will take a tour of the sheep pens, meet auction mart staff and farmers, then unveil a plaque to open the new cafe. (AP Photo/Scott Heppell, Pool)

Le prince Charles, qui doit devenir grand-père cet été avec la naissance de l'enfant du prince William et de Kate Middleton, s'est dit lundi plus que jamais déterminé à lutter contre les changements climatiques pour le bien-être des généations à venir. Il s'exprimait dans une interview télévisée.

L'héritier du trône d'Angleterre, 64 ans, farouche défendeur de l'environnement, a confié à la chaîne de télévision privée ITV ne pas vouloir que son premier petit-enfant lui demande pourquoi il n'avait pas fait plus pour empêcher le changement climatique.

Le prince William et son épouse Kate ont annoncé en décembre qu'ils attendaient un heureux événement d'ici l'été.

"Naturellement, maintenant que nous allons avoir un petit-enfant, c'est une raison supplémentaire pour tenter de s'assurer qu'on lui laisse quelque chose qui n'est pas complètement un calice empoisonné", a déclaré le prince Charles,

Le prince Charles a exprimé son souhait de ne pas transmettre "un monde de plus en plus dysfonctionnel" à son descendant qui sera le troisième dans l'ordre de succession au trône. Il a mis en place en 2011 un programme contre la déforestation baptisé Prince's Rainforest Project.

Dans cette interview, le fils aîné de la reine Elizabeth II a également confié avoir peur pour son fils cadet, le prince Harry, actuellement déployé en Afghanistan comme pilote d'hélicoptère. "Je m'inquiète toutes les nuits. Mais il (le prince Harry) aime ce qu'il fait et il est brillant dans son domaine", a-t-il confié.