Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Le Vert qui ne voit pas la vie en rose

Le Belge Philippe Lamberts copréside le groupe des écologistes au Parlement européen. Portrait d’un homme atypique.

16 oct. 2019, 00:01
DATA_ART_13134453

C’est une promesse d’Ursula von der Leyen, qui est censée – ce sera sans doute reporté – prendre la présidence de la Commission européenne, le 1er novembre, et de tous les membres de l’équipe dont elle souhaite s’entourer qui ont jusqu’à présent été mis sur le gril par les eurodéputés: un «green deal», censé verdir toutes les politiques de l’UE, sera présenté par Bruxelles au printemps 2020.

S’il y en a un qui veillera au grain, c’est bien l’eurodéputé belge Philippe Lamberts, qui a entamé, en juin, son troisième et dernier mandat de parlementaire européen, pour une durée de cinq ans. «Je suis partagé. Je n’oserais pas dire qu’Ursula von der Leyen bluffe, mais je n’oserais pas dire non plus qu’elle est sincère», déclare-t-il, en laissant planer un doute sur l’attitude qu’adopteront les Verts lors du vote d’investiture de l’ensemble des commissaires européens. Il est, personnellement, partisan d’une abstention...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias