Réservé aux abonnés

Les banques centrales sont plus fragiles que jamais

Le Brexit jette une lumière crue sur les failles des instituts monétaires.
29 juin 2016, 23:31
/ Màj. le 30 juin 2016 à 00:01
Pedestrians walk in front of The Swiss National Bank, SNB, photographed  Thursday, 15 January 2015, in Bern, Switzerland. The Swiss National Bank (SNB) ended the day by abandoning its exchange rate control and cut interest rates to -0.75 to send the franc soaring against the single currency.  The Swiss franc rose by almost 30 per cent against the europe after the move shocked global markets. (KEYSTONE/Peter Klaunzer) SCHWEIZ NATIONALBANK AUFHEBUNG MINDESTKURS

Rachel Richterich

Bras de fer. Un euphémisme pour décrire la bataille que se livrent les banques centrales et les spéculateurs sur les marchés des devises. «Une guerre des monnaies», rectifie Arnaud Masset, analyste marché chez Swissquote. Et depuis une semaine, les instituts monétaires semblent plus fragiles que jamais. Le choix des Britanniques de quitter l’Union européenne, les incertitudes politiques et économiques que l’issue du scrutin a provoquées, ont eu de fortes incidences sur les cours de change, forçant les banques centrales à agir. Et à en dévoiler un peu plus sur ces interventions...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois