Les partisans du Mariage pour Tous dans la rue avant le Parlement

A deux jours du début de l'examen au Parlement du projet de loi sur le mariage homosexuel, ses partisans ont défilé en masse dimanche après-midi à Paris. Ils sont décidés à ne pas laisser le terrain aux opposants sur ce sujet qui divise fortement la société française.

27 janv. 2013, 19:02
Les partisans du Mariage pour Tous étaient moins nombreux que les opposants, aujourd'hui, sur la place de la Bastille à Paris.

Les défenseurs de l'ouverture du mariage et de l'adoption des  enfants aux couples de même sexe étaient 125'000 dans la rue, selon la police, 400'000 selon les organisateurs. La participation était  forte mais néanmoins inférieure à la mobilisation des opposants au  projet qui avaient réuni le 13 janvier entre 340'000 et 800'000  personnes selon les sources.

«Qu'est ce que vous voulez ? L'égalité ! Et vous la voulez quand ? Maintenant!» ont scandé les manifestants, dont de nombreux jeunes, agitant des drapeaux aux couleurs de l'arc-en-ciel, symbole de la cause homosexuelle.

«Il y a six mois on ne comptait pas venir manifester, mais devant l'augmentation manifeste de l'homophobie, on n'a pas la choix», expliquait Didier, la quarantaine, venu du Pays basque. «Le débat a lieu depuis une éternité», déplorait-il.

Assurance d'Ayrault

La manifestation a reçu le soutien du Premier ministre Jean-Marc  Ayrault. Que l'Assemblée nationale «soit appuyée par des mouvements d'opinion, tant mieux», a-t-il lancé samedi. «Une loi sera votée et  même à une large majorité», a prédit M. Ayrault.

La future loi traduit une promesse de campagne du président François Hollande pour légaliser le mariage homosexuel, ainsi que l'adoption, comme dans d'autres pays (Espagne, Portugal, Pays- Bas...).

Selon les défenseurs du projet, il s'agit de défendre l'égalité des droits mais aussi la nécessité de sortir les familles homoparentales d'un vide juridique, qui prive par exemple le conjoint du parent biologique de tout lien légal avec l'enfant.

Recours au référendum écarté

En recevant vendredi à l'Elysée la porte-voix très médiatisée des opposants, l'humoriste catholique Frigide Barjot, le président socialiste avait réitéré sa détermination de voir adopter le texte de ce projet de loi par le Parlement. Il a écarté une nouvelle fois tout recours au référendum, comme le réclament la droite et les représentants des communautés religieuses, l'Eglise catholique en tête, qui mènent le combat contre le projet.

Les opposants au projet affirment que le mariage est depuis toujours l'union d'un homme et d'une femme. Les partisans mettent en avant la reconnaissance de la diversité des situations (couples non  mariés, familles recomposées, familles homoparentales, etc).

A l'Assemblée dès mardi

A partir de mardi la polémique sera reportée à l'Assemblée avec  le début de l'examen du texte. Plus de 5300 amendements, un nombre inhabituellement élevé, ont été déposés, dont l'essentiel émane de l'opposition.