Réservé aux abonnés

L’Iran conspué par les manifestants

Les protestataires irakiens, mobilisés contre la corruption, ont tenté d’incendier un consulat de la République islamique.

05 nov. 2019, 00:01
DATA_ART_13175035

C’est tout un symbole. Dans la ville sainte chiite de Nadjaf, où étudie le petit-fils du fondateur de la République islamique d’Iran, l’ayatollah Khomeyni, les manifestants ont renommé, hier, la rue qui porte son nom «rue de la Révolution-d’Octobre». Alors que la contestation entre dans son deuxième mois, la tonalité des revendications a évolué. Les jeunes en colère, qui réclamaient au début des emplois, des services publics et la fin de la corruption dénoncent, désormais, de plus en plus l’Iran, voisin à l’influence prépondérante depuis la chute de Saddam Hussein en 2003.

Dans la nuit de diman...