Mali: donateurs internationaux réunis à Addis Abeba

Une conférence de donateurs internationaux destinée à financer le déploiement d'une force africaine au Mali et la restructuration de l'armée malienne s'est ouverte à Addis Abeba, au siège l'Union africaine (UA). Pays africains, Union européenne, Japon, Etats-Unis et ONU y participent.
29 janv. 2013, 10:27
Les partisans d'Al-Qaïda pourraient tenter de venger, par des actions en France ou contre les intérêts français dans le monde, la mort de jihadistes tués au Mali et en Somalie par des soldats français.

L'Union Africaine (UA) a estimé à 460 millions de dollars le budget du seul déploiement de la force africaine au Mali. L'organisation pan-africaine prévoit d'y contribuer à hauteur de 10%.

Le Japon s'est engagé mardi à verser 120 millions de dollars pour le Mali et le Sahel. La France va apporter une aide militaire logistique de 63 millions de dollars à la force africaine au Mali et à l'armée malienne, a de son côté annoncé le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Lundi, le Fonds monétaire international avait versé 18,4 millions de dollars au Mali pour convaincre les donateurs internationaux de reprendre leur soutien financier gelé depuis le coup d'Etat militaire de mars 2012 à Bamako.

Calme à Tombouctou

A Tombouctou, l'armée malienne patrouillait mardi les rues, après une nuit sans incidents, au lendemain de la reconquête par les militaires français et maliens de cette cité mythique du Nord Mali, devenue un symbole des exactions islamistes.

Aucune explosion ni aucun coup de feu n'a troublé la nuit, a constaté un journaliste de l'AFP. Selon les habitants, les islamistes ont pris la fuite après les frappes aériennes françaises ces derniers jours.

L'électricité comme le réseau téléphonique, saboté par les islamistes avant leur fuite, sont toujours coupés à Tombouctou, qui risque également des problèmes d'approvisionnement en eau puisque les pompes ne fonctionnent plus, et où la nourriture se fait rare, selon les habitants.