Réservé aux abonnés

Marine le Pen n’a pas incité à la haine

La cheffe du FN a été relaxée après ses propos sur les prières de rue.

15 déc. 2015, 23:31
/ Màj. le 16 déc. 2015 à 00:01
epa05068136 French far-right political party National Front (FN) Marine Le Pen speaks after the results of the second round of the regional elections in at Francois Mitterand hall in Henin-Beaumont, northern France, 13 December 2015. It is the last major election before the next presidential vote in 2017. France's anti immigration, far-right National Front will not win any region in the second round of France's regional elections, exit polls showed.  EPA/OLIVIER HOSLET FRANCE REGIONAL ELECTIONS

Le Tribunal correctionnel de Lyon a relaxé hier la présidente du parti d’extrême droite Front national, Marine Le Pen. Elle était poursuivie pour incitation à la haine après avoir comparé, fin 2010, les prières de rue de musulmans à l’Occupation nazie.

Marine Le Pen était jugée pour la première fois pour «provocation à la discrimination, à la violence ou à la haine envers un groupe de personnes à raison de leur appartenance à une religion». Le procureur de la République avait requis le 20 octobre la relaxe de la présidente du Front national, considérant que l’infraction n’était pas su...