Menace djihadistes: la Tunisie reste en état d'alerte

L'état d'urgence, proclamé le 4 juillet dernier à la suite de l'attentat sur une plage, a été prolongé de deux mois en Tunisie.
25 août 2015, 16:15
epa04829571 Members of the Tunisian security services stand guard during a memorial ceremony and minutes silence for the victims of a terror attack on a beach outside the Imperial Marhaba Hotel, in the popular tourist resort of al-Sousse, Tunisia, 03 July 2015. 38 people were killed, including 30 UK nationals, 26 June, when a gunmen opened fire on holidaymakers on a beach and in a hotel, before being killed by local security services, in a attack claimed by affiliates of the group calling themselves the Islamic State (IS), who have since vowed to carry out more attacks in the region.  EPA/MOHAMED MESSARA

L'état d'urgence sera prolongé de deux mois en Tunisie, a annoncé vendredi la présidence dans un bref communiqué. Il avait été proclamé le 4 juillet pour 30 jours, en raison de la persistance de menaces d'attentats djihadistes.

Après des consultations avec le chef du gouvernement et le président du Parlement, le président de la République a décidé de prolonger l'état d'urgence sur tout le territoire de deux mois à partir du 3 août 2015", indique le texte. La présidence ne précise pas si cette décision est due à des menaces précises.

L'état d'urgence accorde des pouvoirs d'exception aux forces de l'ordre. Il permet notamment aux autorités d'interdire les grèves et les réunions "de nature à provoquer ou entretenir le désordre", de fermer provisoirement "salles de spectacle et débits de boissons" ainsi que de "prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature".

Attentat de Port El Kantaoui

Le 4 juillet, huit jours après l'attentat contre un hôtel de Port El Kantaoui (est), le président Béji Caïd Essebsi avait proclamé l'état d'urgence en raison de "la situation exceptionnelle que traverse le pays après le dernier attentat terroriste et la persistance de menaces qui font que le pays est en guerre d'un genre spécial".

Trente-huit touristes avaient été tués le 26 juin lorsqu'un étudiant tunisien armé d'une Kalachnikov a ouvert le feu dans un hôtel de Port El Kantaoui (centre-est). L'attentat a été revendiqué par l'Etat islamique (EI), tout comme celui qui avait visé des touristes au musée du Bardo à Tunis le 18 mars.

Inquiétudes

La proclamation de l'état d'urgence a suscité des interrogations, d'aucuns craignant une restriction des libertés publiques et une criminalisation des mouvements sociaux sous couvert de lutte antiterroriste. Les autorités se sont voulues rassurantes, affirmant que la mesure servirait "à sécuriser la Tunisie et à diffuser (...) un sentiment de sécurité".

Depuis sa révolution il y a quatre ans, la Tunisie fait face à une progression de la mouvance djihadiste, déjà responsable de la mort de dizaines de policiers et de militaires.

Les Tunisiens ont déjà vécu plus de trois ans sous état d'urgence, du 14 janvier 2011, quelques heures avant la fuite du dictateur Zine El Abidine Ben Ali dans la foulée du soulèvement qui a lancé le "Printemps arabe", à mars 2014.