Mexique: Florence Cassez libérée, elle arrivera à Paris cet après-midi

La Cour suprême du Mexique a mis fin mercredi à plus de sept ans d'emprisonnement de la Française Florence Cassez. Ses droits constitutionnels avaient été violés par les autorités en 2005. Elle atterrit à Paris cet après-midi à 14h15.

24 janv. 2013, 06:55
Agustin Acosta, l'avocat mexicain de la Française Florence Cassez savoure la libération de sa cliente devant la presse après sept ans d'enfermement pour rien.

La Cour suprême du Mexique a ordonné la libération immédiate de Florence Cassez, mettant ainsi fin au cauchemar de plus de sept ans vécu par cette Française de 38 ans. Celle-ci devrait retrouver son pays ce jeudi.

Trois des cinq juges de la première chambre de la Cour suprême ont estimé que les droits constitutionnels de la Française ont été violés par les autorités lors de son arrestation en décembre 2005. Et aussi lors du montage policier mettant en scène sa soi-disant arrestation en direct devant les caméras de télévision.

Ils ont annulé sa condamnation à 60 ans de prison pour enlèvements, délinquance organisée et port d'armes prohibées sans autre forme de procès. "Le jugement est annulé, le recours est accordé et la liberté absolue de Florence Cassez est ordonnée", indique la résolution adoptée par la Cour suprême.

La Française devait prendre l'avion avec son père Bernard pour rentrer dans son pays. Elle doit y pour rejoindre jeudi sa mère Charlotte qui s'est déclarée "folle de joie".

"Ma fille s'est battue, elle a gagné sa liberté. J'adore ma fille, elle est extraordinaire", a dit Charlotte Cassez dans une brasserie parisienne où s'étaient retrouvés les amis qui ayant soutenu Florence Cassez.

"Jour historique"

Le jugement du tribunal est arrivé en milieu de journée au "Centre féminin de réadaptation sociale" de Tepepan, au sud de Mexico. Selon le consul Gerald Martin, les autorités mexicaines devraient tout mettre en oeuvre pour que les formalités des services de migration se fassent rapidement.

"C'est un jour lumineux pour la justice mexicaine", s'est exclamé l'avocat mexicain de la Française, Me Agustin Acosta. Selon lui, "il s'agit d'un jour historique pour la Cour suprême parce qu'il a été établi que les violations graves des droits de l'homme ne seront plus tolérées comme mécanisme pour établir la culpabilité des personnes".

Même joie pour l'avocat français Frank Berton: "Justice a été rendue au Mexique pour cette fille qui depuis sept ans a crié pour dire son innocence, que ces droits ont été violés, pour dire qu'elle voulait retrouver sa liberté".

Trois condamnations

Pour la Française emprisonnée depuis le 8 décembre 2005, cette cinquième tentative devant la justice mexicaine aura été la bonne, après trois condamnations en justice ordinaire en 2008, 2009 et 2011 et une indécision de la Cour suprême en 2012.

Florence Cassez avait déposé un recours en révision devant la Cour suprême du Mexique peu après le rejet de son pourvoi en cassation le 10 février 2011, son troisième et ultime échec devant la justice ordinaire.

Réaction de François Hollande

Le président français François Hollande a "salué" la décision de la Cour suprême du Mexique de libérer Florence Cassez, parlant de la fin d'une "période particulièrement douloureuse". Dans un communiqué, le chef de l'Etat a remercié "tous ceux qui, au Mexique comme dans notre pays, se sont engagés pour que la vérité et la justice prévalent".

L'affaire Cassez avait provoqué en 2011 une crise diplomatique entre la France et le Mexique ayant entraîné l'annulation par Mexico de l'année de la France au Mexique. Cette décision faisait suite à celle de Nicolas Sarkozy de dédier cet événement à la Française.

A Paris cet après-midi
 
Libérée par la Cour suprême du Mexique meercredi, la Française Florence Cassez a décollé de Mexico pour la France. Elle devrait atterrir à Paris cet après-midi vers 14h15.

Florence Cassez a quitté la prison pour femmes de Tepepan, au sud de Mexico, en fin d'après-midi mercredi. Vêtue d'un gilet pare-balles, elle était accompagnée par son père et le consul général de France au Mexique, Gérald Martin.