Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Mexique: la police découvre des centaines de personnes en quasi-esclavage

455 mineurs, dont six bébés, et 138 adultes, âgés de 18 à 40 ans, tous prisonniers, victimes de mauvais traitements, et vivant dans des conditions insalubres, ont été découvert par la police dans un foyer de la ville de Zamora, au Mexique.

16 juil. 2014, 10:27
La police a effectué un raid dans un foyer appelé "La gran Familia", dans la ville de Zamora, après que cinq personnes eurent déclaré que cinq enfants y étaient retenus prisonniers.

Les autorités mexicaines ont trouvé mardi environ 600 personnes, des enfants pour la plupart, vivant en quasi-esclavage dans des conditions inhumaines et insalubres, au milieu de rats et d'insectes dans l'Etat de Michoacan, dans l'ouest du pays. Les enfants étaient notamment obligés de mendier sous la pression de leurs geôliers.

La police a effectué un raid dans ce foyer, appelé "La gran Familia", dans la ville de Zamora, après que cinq personnes eurent déclaré que cinq enfants y étaient retenus prisonniers.

La police a bel et bien trouvé les cinq enfants mais bien plus encore: 450 autres mineurs, dont six bébés, et 138 adultes, âgés de 18 à 40 ans, tous prisonniers, victimes de mauvais traitements, et vivant dans des conditions insalubres, a indiqué à la presse Tomas Zeron, directeur des enquêtes criminelles de la police judiciaire.

Ce dernier n'a cependant pas donné de précisions sur les raisons de leur présence dans ce lieu ou de leur détention contre leur gré.

Selon les premiers témoignages, la fondatrice de ce foyer, Rosa del Carmen Verduzco, a obligé les enfants à mendier, à dormir par terre, entourés de rats et d'insectes, et à subir des violences sexuelles. Les enfants recevaient de la nourriture avariée pour toute pitance.

Neuf arrestations

Les enfants nés dans le foyer étaient enregistrés comme étant ceux de Rosa del Carmen Verduzco, et leurs parents biologiques n'avaient pas l'autorisation de les élever, ont indiqué les autorités mexicaines.

L'une des victimes a déclaré que lorsqu'elle a eu 18 ans, elle a demandé à Mme Verduzco la permission de partir, mais cette dernière a refusé, l'obligeant à rester encore 13 ans sur place, a indiqué M. Zeron. La femme a eu deux filles qui n'ont pas été déclarées officiellement comme étant les siennes, a-t-il encore précisé.

Rosa del Carmen Verduzco et huit personnes qui travaillaient pour elle ont été arrêtées, a déclaré Rodrigo Archundia, un procureur spécialisé dans le crime organisé. Le gouverneur de Michoacan, Salvador Jara, a indiqué que la déposition relatant l'enlèvement des cinq enfants avait été remise aux autorités plus d'un an auparavant.

Votre publicité ici avec IMPACT_medias