Mexique: le chef du cartel accusé de la mort d'étudiants se suicide

L'un des chefs du cartel qui serait impliqué dans la disparition et le meurtre d'étudiants mexicains est mort. Il se serait suicidé lors d'une opération de police dans le sud du Mexique.

14 oct. 2014, 19:06
Clandestine graves are seen in Iguala, Mexico, Monday, Oct. 6, 2014. State officials worked Monday to determine whether 28 bodies found in the clandestine graves are of the students who were attacked by local police in Iguala. President Enrique Pena Nieto called the deaths "outrageous, painful and unacceptable."  (AP Photo/Eduardo Verdugo)

Le Mexicain Benjamin Mondragon est mort mardi matin lors d'une opération de police, a indiqué un porte-parole de la Commission nationale de sécurité. Surnommé "El Benjamon", il était un des chefs supposés du cartel accusé d'être impliqué dans la récente disparition de 43 étudiants.

Selon ce porte-parole en charge de la police fédérale, M. Mondragon "était un cerveau" du cartel "Guerreros Unidos" (Guerriers unis). Il "a préféré se suicider plutôt que de se rendre", mais cela devra être confirmé par le parquet général.

Les médias locaux affirment qu'il a été abattu par la police au cours de cette opération dans la ville de Jiutepec, à 90 kilomètres au sud de Mexico.

Il n'est pas encore établi si "El Benjamon" était directement impliqué dans l'attaque contre des étudiants qui a fait six morts et 43 disparus le 26 septembre à Iguala (Etat de Guerrero, sud).

Les "Guerriers Unis" sont issus d'une scission du cartel des frères Beltran Leyva et opèrent essentiellement dans le trafic de marijuana et de pavot à destination des Etats-Unis, notamment Chicago, selon les autorités mexicaines.

Selon le responsable de la Commission nationale de sécurité, ce cartel n'aurait plus de dirigeant identifié depuis l'arrestation en mai de son chef, Mario "El Sapo Guapo" (Joli Crapaud) Casarrubias.