Mort d’Emiliano Sala: l’organisateur du vol condamné à 18 mois de prison

L’organisateur du vol qui a coûté la vie à Emiliano Sala en janvier 2019 devra passer 18 mois de prison pour avoir notamment engagé un pilote non qualifié. Un tribunal du Pays de Galles l’avait déclaré coupable à la fin du mois d’octobre dernier.
12 nov. 2021, 13:56
Le footballeur argentin Emiliano Sala a perdu la vie en janvier 2019 après le crash d'un avion privé.

L’intermédiaire qui a organisé le vol dont le crash a coûté la vie à l’Argentin Emiliano Sala en 2019 a été condamné vendredi à 18 mois de prison. Il avait engagé un pilote qu’il savait non qualifié.

A lire aussi: Football: homme inculpé pour le crash qui a provoqué la mort d’Emiliano Sala

Le 28 octobre, après deux semaines d’audience et sept heures de délibéré, le jury populaire d’un tribunal de Cardiff avait déclaré David Henderson (67 ans) coupable d’imprudence ou négligence susceptible d’avoir mis en danger un appareil. Il avait, par ailleurs, plaidé coupable de transport d’un passager sans autorisation valide, et avait été depuis laissé en liberté.



Le petit avion privé à bord duquel se trouvait le joueur de 28 ans et le pilote David Ibbotson s’était abîmé dans la Manche le 21 janvier 2019. L’attaquant du FC Nantes rejoignait le club de Cardiff City, où il venait d’être transféré pour 17 millions d’euros. Le corps du joueur avait été retrouvé dans la carcasse de l’appareil, plus de deux semaines après l’accident, à 67 mètres de profondeur. Le corps du pilote, âgé de 59 ans, n’a pas été retrouvé.

Pas la licence adéquate

Selon l’accusation, le prévenu devait initialement piloter l’appareil mais, en vacances à Paris avec sa femme, il avait confié le transport à David Ibbotson. Ce dernier n’avait pas de licence de pilote commercial, sa qualification pour ce type d’appareil avait expiré et il n’était pas compétent pour voler de nuit.

Il a ignoré certaines exigences de sécurité lorsque cela l’arrangeait, lui et ses intérêts commerciaux.
Martin Goudie, procureur

Produisant des SMS à l’audience, le procureur Martin Goudie avait accusé l’intermédiaire d’avoir agi «dans son intérêt financier» et de savoir pertinemment que le pilote n’était pas qualifié: «Il a ignoré certaines exigences (de sécurité) lorsque cela l’arrangeait, lui et ses intérêts commerciaux».